"A tchao bonsoir": les répliques cultes des Guignols de l'Info

"A tchao bonsoir": les répliques cultes des Guignols de l'Info
Yves Lecoq (C) le 12 fevrier 2009 avec les marionnettes de PPDA (G) et de Jacques Chirac (D) deux des principaux personnages des "Guignols de l'Info"

AFP, publié le vendredi 01 juin 2018 à 18h37

"Les Guignols de l'info", le faux JT historique de Canal+ dont l'arrêt défintif a été annoncé vendredi, a marqué le langage courant avec les nombreuses expressions de ses personnages récurrents.

Des imitateurs comme Yves Lecoq, Sandrine Alexi ou Nicolas Canteloup prêtent leurs voix. Parmi les nombreux auteurs de textes figurent François Rollin, Jean-Marie Gourio, Benoît Delépine, Bruno Gaccio et Franck Magnier.

"A tchao bonsoir"

La marionnette de Patrick Poivre d'Arvor (PPD), alors présentateur du JT de TF1, a marqué les esprits avec son "Vous regardez trop la télévison, bonsoir", qui accueillait les téléspecateurs à 20h50, "A tchao bonsoir", qui clôturait le JT et sa transition "sans transition", inspirée des vrais tics de langage du vrai PPDA.

Il mettait fin au résumé dominical de l'émission avec ce conseil: "vous pouvez éteindre votre écran et reprendre une activité normale".

"Mangez des pommes"

En 1995, l'équipe de Canal+ est accusée d'avoir favorisé l'élection de Jacques Chirac en présentant sa marionnette surnommée "Supermenteur" et son slogan "Mangez des pommes" d'une façon trop joviale, face à Edouard Balladur, son "ami" surnommé "couille molle".

Depuis, l'ancien président avait confié en 2007 à l'AFP trouver "sympathique" sa marionnette, qui le représente en amateur de bière et appelant "Maman" sa femme Bernadette. Mais "j'espère que c'est aussi pour d'autres raisons que j'ai été élu", avait-il plaisanté.

"Je peux dire une connerie?"

Les footballeurs étaient des personnages récurrents de l'émission, entre un Zinédine Zidane mutique et un Fabien Barthès demandant systématiquement s'il peut "dire une connerie".

Au moment de l'affaire de dopage dans l'équipe de cyclisme Festina, la marionnette de Richard Virenque a martelé son innocence: "On m'aurait menti?" lançait-il, avec candeur. "Si j'ai été dopé, c'est à l'insu de mon plein gré!".

Plus récemment, Zlatan Ibrahimovic, alors attaquant du Paris Saint-Germain, avait été affublé d'un ego surdimensionné, parlant de lui à la troisième personne et "zlatanant" tout et n'importe quoi.

"Ah que coucou"

François Rollin, auteur des Guignols à leurs débuts, avait conçu une "boîte à coucou" pour la marionnette de Johnny Halliday, dont un oeuf sortait à chaque "coucou" prononcé. Son "Ah que coucou" est devenu un marqueur de son personnage. D'abord énervé par sa marionnette, Johnny avait fini par la rencontrer en plateau pour lui couper le nez, qu'il trouvait trop long. 

"Ispice di counnasse"

Oussama Ben Laden était apparu à la suite des attaques du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center, se moquant des Américains qui n'arrivaient pas à le trouver et appelant toutes les femmes "Ispice di counnasse", un terme repris à l'époque dans les cours de récréation.

"Ahhhhokéokéokéokéoké"

Les Guignols présentaient de nombreux personnages comme des benêts très sensibles, visant notamment Jean-Pierre Papin ("ahhhhokéokéokéokéoké"), faisant rougir François Hollande ("Gné eeeh") et présentant François Bayrou ("Mais euuuuh") comme un enfant capricieux. Le "Ah bon?" de Roselyne Bachelot était aussi devenu célèbre.

Devenu président de la république, François Hollande avait pris la défense des Guignols en 2015 quand leur suppression avait été évoquée, déclarant que la caricature faisait "partie du patrimoine".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU