À Lyon, la Factory d'Andy Warhol reconstituée dans un parking

À Lyon, la Factory d'Andy Warhol reconstituée dans un parking
Gaëlle Loth a reconstitué la Factory de l'artiste. Habillage en papier argenté, fleurs au sol et cendriers remplis de mégots... tout y est.
A lire aussi

leparisien.fr, publié le mercredi 13 juin 2018 à 13h16

En quittant leurs voitures, les automobilistes se retrouvent immergés dans l'ambiance de l'atelier new-yorkais du pape du pop art.

Drôle d'endroit pour une expo ! Voilà depuis mardi l'entrée du parking public République, à Lyon (Rhône), habillé d'une étrange de façon. Du papier d'argent du sol au plafond, de la musique, des invitations à se lancer dans un pas de danse, des affiches, des vidéos, des objets en vitrine... de quoi surprendre les usagers du parc de stationnement qui s'arrêtent net mais n'hésitent pas à s'attarder dans cette mise en scène pour le moins inhabituelle.

Pour les plus avertis, voilà en réalité la célèbre Factory, l'atelier new-yorkais d'Andy Warhol dans les années 1960 reconstitué et réinterprété ici, à l'entrée du parking. Mais Warhol ne considérait-il pas les parkings comme le summum du pop art ?

Faire revivre l'artiste

La mission a été confiée à une jeune artiste de 29 ans, Gaëlle Loth, qui s'est déjà forgé une jolie notoriété dans le domaine des affiches de concerts. « La Factory, c'était pour moi un lieu mythique qui me faisait rêver, mais avec cette commande, je me suis plongée pendant des mois dans cet univers à travers les films, documentaires, livres, photos », explique-t-elle.

Elle a donc reconstitué l'habillage en papier argenté du laboratoire artistique new-yorkais, fait revivre les figures mythiques de la grande époque : Warhol, Joe Dallesandro, Candy Darling, Holly Woodlawn, Jackie Curtis, diffusé les chansons du Velvet Underground ainsi que l'éternel « Take a Walk on the Wild Side » de Lou Reed qui parle justement des locataires de la Factory.

Gaëlle a reproduit aussi au sol les célèbres « Flowers » de Warhol, mais aussi ses « Dance Diagram » guidant le visiteur dans une chorégraphie. Dans les vitrines qui présentent des photos de la Factory de l'époque, elle a ajouté des céramiques de sa création, des verres à cocktail, des cendriers débordant de mégots et d'autres vestiges de fête. « C'est une commande peu commune », reconnaît l'artiste qui s'amuse à recueillir les réactions à la fois surprises et amusées du public.

De l'art sans s'y attendre

A Lyon, dans les parkings publics de LPA (Lyon Parc Auto), les automobilistes sont pourtant habitués à côtoyer la culture, puisque l'art contemporain y a fait son entrée dès leur conception. « Notre idée est de conjuguer mobilité et art, de détourner le rôle du parc de stationnement classique avec l'aide de jeunes artistes, explique Louis Pélaez, le président de LPA. Il s'agit de provoquer les réactions du public, de faire en sorte que les gens soient confrontés à la culture alors qu'ils ne s'y attendent pas, de créer un choc, de s'attarder, de regarder, de revenir. »

Et bien sûr de courir au musée de l'Imprimerie de Lyon, qui met en scène, en résonance avec le parking, « Andy Warhol Ephemera ». L'expo retrace le travail d'illustrateur, peu connu, du pape du pop art.

Exposition au parking République de Lyon. Jusqu'au 12 octobre.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.