La question du jour :

Faudrait-il réduire la vitesse sur les autoroutes ?




Faudrait-il réduire la vitesse sur les autoroutes ?
La maire PS de Paris Anne Hidalgo, candidate à l'élection présidentielle de 2022, est "personnellement" favorable à une réduction de la vitesse sur autoroute à 110 km/h (photo d'illustration).

publié le jeudi 23 septembre 2021 à 07h00

La maire PS de Paris Anne Hidalgo, candidate à la présidentielle de 2022, se déclare "personnellement" favorable à un abaissement de la vitesse maximale sur autoroute à 110 km/h (contre 130 actuellement). Mais elle estime qu'une telle décision doit être prise localement.  après concertation.

Anne Hidalgo, a déclaré mardi 21 septembre, à titre personnel, être pour une limitation à 110 km/h de la vitesse maximale sur autoroute.

Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dénonce une vision "parisienne" du problème. "Je suis personnellement pour la baisse de la vitesse ; 130 km/h, c'est beaucoup", a déclaré Anne Hidalgo sur BMFTV. "Je suis favorable, surtout, à ce qu'il y ait moins d'accident, a-t-elle nuancé. Après il faut trouver les moyens."


"Je pense que ce n'est pas une décision à prendre au niveau national, a toutefois estimé la maire de Paris. Le jupitérisme nous a conduit à dire 'il faut régler chaque détail de la vie des Français depuis très très haut'. Ce sont des décisions qui doivent se prendre en concertation, en discussion avec le gouvernement, avec les autorités nationales. Mais ce sont aussi des discussions qui doivent se faire localement."

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre délégué en charge des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, s'est, lui, déclaré défavorable à une telle mesure. "D'abord, il y a plein de secteurs autoroutiers ou vous êtes déjà à 110, les déviations des grandes villes, autour de Paris...", a-t-il souligné.

"Il faudrait que Mme Hidalgo prenne sa voiture et aille visiter un peu la ruralité et des autoroutes où il est parfaitement sécuritaire de rouler à 130, a estimé le ministre. Donc c'est une vision, encore une fois, un peu parisienne des choses."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.