La question du jour :

Violences conjugales : le gouvernement en fait-il assez ?




Violences conjugales : le gouvernement en fait-il assez ?©LOIC VENANCE / AFP

publié le lundi 02 août 2021 à 07h00

En 2020, 102 femmes ont perdu la vie sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint. Le ministre de l'Intérieur va fixer un objectif aux policiers et gendarmes : que le traitement des plaintes pour violences conjugales soit prioritaire partout en France. 

Le ministre de l'Intérieur a déploré la mort des 102 femmes tuées par leur conjoint en 2020 et a souhaité faire de cette question la priorité numéro 1 des forces de l'ordre.


Gérald Darmanin annonce le traitement prioritaire des plaintes pour violences conjugales, un officier spécialisé dans ces violences dans chaque commissariat et chaque brigade de gendarmerie, tirant les leçons du féminicide de Mérignac à la suite duquel il avait demandé une mission d'inspection.

"Une révolution"

24 % des victimes décédées en 2020 avaient déjà déposé plainte ou effectué un signalement contre leur conjoint. Interrogé à ce sujet dans une interview au Parisien, le ministre de l'Intérieur estime qu'une "révolution s'est opérée". 

"
Depuis le Grenelle des violences conjugales porté par Marlène Schiappa, une révolution s'est opérée. Aujourd'hui, le thermomètre donne une meilleure réalité de la fièvre. Auparavant, soit ces faits étaient cachés car une grande partie des femmes qui les subissaient n'osaient pas les dénoncer, soit la prise en compte était mauvaise dans les commissariats et les gendarmeries.", explique-t-il.

Un signalement au procureur

Gérald Darmanin note que les violences intrafamiliales "sont en train de devenir le premier motif d'intervention des policiers et gendarmes". 

Pour assurer un meilleur suivi de ces situations, le ministre rappelle que la consigne donnée aux policiers et gendarmes est de faire "un signalement au procureur", l'objectif étant que "100% des constatations se transforment en plainte ou signalement". Les mains courantes sont en outre proscrites "définitivement", affirme-t-il.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.