La question du jour :

Vaccin : craignez-vous "une école à deux vitesses" ?




Vaccin : craignez-vous "une école à deux vitesses" ?
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, le 3 mai dans un lycée de Laxou (Meurthe-et-Moselle).
A lire aussi

publié le jeudi 29 juillet 2021 à 00h00

A la rentrée, les collégiens et lycéens cas contacts pourront venir en classe s'ils sont vaccinés mais resteront chez eux dans le cas contraire. Ceux qui n'auront pas de pass sanitaire ne pourront pas non plus participer aux sorties scolaires au musée ou au cinéma. 

Cela revient à établir "une école à deux vitesses, une école des vaccinés et des non-vaccinés", a déploré Nageate Belahcen, co-présidente de la FCPE, l'une des principales associations de parents d'élèves, mercredi 28 juillet sur BFMTV.

Elle estime que les enfants non-vaccinés à la rentrée "vont subir une stigmatisation". 




En pleine quatrième vague épidémique, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a détaillé, mercredi, le protocole sanitaire qui s'appliquera à partir de la rentrée. "Dans le secondaire, seuls les élèves non vaccinés seront évincés et devront suivre l'enseignement à distance" s'ils sont cas contact, les autres pouvant poursuivre en présentiel si la situation sanitaire le permet, a-t-il indiqué sur Franceinfo

Problèmes d'organisation 

A partir du 30 septembre, les élèves ne disposant pas d'un pass sanitaire seront en outre privés de sorties scolaires au cinéma ou au musée, ces lieux y étant soumis. "C'est évidemment une forte incitation à être vacciné", a souligné le ministre, dans le sillage d'Emmanuel Macron qui mise sur la vaccination pour enrayer la crise sanitaire. 

Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, qui approuve la volonté d'une vaccination massive, soulève le risque de "gros problèmes organisationnels". "Comment on fait pour les élèves de 6e qui ont pour une partie d'entre eux moins de 12 ans et ne sont pas donc pas éligibles à la vaccination ?, seulement ouverte à partir de 12 ans, s'interroge-t-elle. Quant aux "12-16 ans, qui ont pu commencer la vaccination plus tardivement que les autres et sont donc encore loin d'atteindre des chiffres importants, seront-ils concernés dès septembre ? Qui va contrôler le statut vaccinal des élèves ?", demande-t-elle encore.

Centres de vaccination proches des établissements 

Pour tendre vers un taux de vaccination maximal dans le secondaire, "6.000 à 7.000 centres de vaccination" seront déployés à partir de la rentrée, "dedans ou à côté" des établissements scolaires, a précisé Jean-Michel Blanquer. Pas de changement en revanche dans les écoles primaires par rapport à l'année écoulée : chaque classe fermera pour sept jours dès le premier cas.

"(Cette mesure) on l'attendait. Elle est de nature à rassurer les équipes car c'est la seule qui a permis l'an dernier d'éviter des contaminations", salue Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire. 

Le scénario le plus optimiste exclu 

Pour tenter de maintenir ouverts toute l'année les établissements - fermés en 2020-2021 pendant trois semaines en avril dont deux semaines de vacances, avancées -  le ministère met en place un protocole sanitaire qui comprend quatre scénarios en fonction des degrés de circulation du virus, avec des mesures adaptées. Dans tous les cas (1=vert, 2=jaune, 3=orange, 4=rouge), le port du masque est obligatoire en intérieur à partir du collège.

Au niveau 1, il ne l'est plus en primaire mais "je crains que ce ne soit pas ce scénario-là à la rentrée", avance Jean-Michel Blanquer. Au niveau 2, les activités physiques et sportives en intérieur seront possibles mais avec une distanciation de 2 mètres.

Mesures au niveau national ou territorial 

A partir de l'orange (3/4), l'alternance présentiel/distanciel sera exigée pour les lycées quand elle est possible, et le brassage à la cantine sera limité dans le primaire. L'"hybridation" (alternance présentiel/distanciel) sera systématique avec une jauge à 50% à partir de la 4e quand le dernier niveau sera atteint. Seules les activités physiques et sportives en extérieur seront alors autorisées, dans le respect d'une distanciation de 2 mètres.

Le ministère de l'Education précise que le "passage d'un niveau à un autre pourra être déclenché au niveau national ou territorial (département, académie, région) afin de garantir une réactivité ainsi qu'une proportionnalité des mesures". Pour limiter la circulation du virus, le ministère insiste également sur l'aération des salles en absence des élèves et "au moins 5 minutes" toutes les heures. 

Pas de vaccination obligatoire des profs 

Il recommande aussi d'équiper les établissements de "capteurs mobiles" qui mesurent la concentration en CO2 des salles. "On a besoin d'un investissement de l'Etat, il faut que toutes les écoles en soient équipées car on va devoir vivre un certain temps avec le Covid", relève Guislaine David. 

Enfin, Jean-Michel Blanquer écarte toujours, pour le moment, la vaccination obligatoire pour les enseignants, comme elle l'est pour certaines professions. "A ce stade ça ne nous paraît pas indispensable. Le pourcentage de professeurs se vaccinant est très important, je pense que ça a dépassé les 80% (...) L'obligation vaccinale, c'est le dernier recours".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.