La question du jour :

Eric Dupond-Moretti doit-il rester ministre de la Justice ?




Eric Dupond-Moretti doit-il rester ministre de la Justice ?
Eric Dupond-Moretti quitte la Cour de justice de la République après son interrogatoire vendredi.

publié le samedi 17 juillet 2021 à 00h00

C'est une première pour un garde des Sceaux en exercice. Eric Dupond-Moretti a été mis en examen vendredi 16 juillet, dans l'enquête sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités d'avocat, à l'issue de près de six heures d'interrogatoire à la Cour de justice de la République (CJR).

Le garde des Sceaux est poursuivi pour prise illégale d'intérêts, sans contrôle judiciaire. Jean Castex lui a aussitôt fait part de son soutien. "Le Premier ministre lui renouvelle toute sa confiance et lui demande de poursuivre l'action de réforme et de confortement des moyens accordés au service public de la Justice", a écrit Matignon dans un communiqué. 




En arrivant à la CJR vendredi matin, Eric Dupond-Moretti  s'était dit, devant les caméras, "serein", et "particulièrement déterminé". "Le ministre de la Justice n'est pas au-dessus des lois mais il n'est pas non plus en dessous", avait-il lancé, affichant un grand sourire. 

15 heures de perquisition 

La convocation d'Eric Dupond-Moretti pour cet interrogatoire de première comparution lui avait été remise lors d'une perquisition rarissime de 15 heures à la Chancellerie, le 1er juillet. Dans cette affaire, il est soupçonné d'avoir profité de sa fonction de ministre pour régler ses comptes avec des magistrats avec lesquels il avait eu maille à partir quand il était avocat, ce qu'il réfute. 

La CJR, seule juridiction habilitée à poursuivre et juger des membres du gouvernement pour des infractions commises dans le cadre de leurs fonctions, a ouvert en janvier une information judiciaire pour "prise illégale d'intérêts" après les plaintes des trois syndicats de magistrats et de l'association Anticor, dénonçant des situations de conflits d'intérêts dans deux dossiers.

"Il a le soutien d'Emmanuel Macron" 

Cette mise en examen compromet-elle l'avenir d'Eric Dupond-Moretti à la tête d'un ministère régalien ? "Il est mis en examen, il a une situation de présomption d'innocence, il n'a aucune raison de bouger", défend un avocat du garde des Sceaux, le bâtonnier de Paris Olivier Cousi. 

"Il a le soutien d'Emmanuel Macron et Jean Castex. Il était d'ailleurs le choix personnel du président de la République, qui ne peut se déjuger", avait argumenté une parlementaire LREM avant l'interrogatoire. Une ministre jugeait au contraire sa situation "compliquée". Emmanuel Macron, qui l'avait longuement soutenu mardi en conseil des ministres, s'est exprimé sur le sujet jeudi en marge du tour de France, en défendant la "présomption d'innocence" du ministre et en se posant en "garant de l'indépendance de la justice".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.