La question du jour :

Les élus devraient-ils quitter la vie politique en cas de défaite ?




Les élus devraient-ils quitter la vie politique en cas de défaite ?
Valérie Pécresse à Paris le 8 avril.
A lire aussi

publié le mardi 13 avril 2021 à 07h00

Valérie Pécresse et Xavier Bertrand l'assurent : s'ils perdent la présidence de leur région à l'issue des élections régionales de juin, ils abandonneront la politique. 

Est-ce la confiance du sortant et favori ? Valérie Pécresse, présidente de l'Île-de-France, et Xavier Bertrand, à la tête des Hauts-de-France, promettent d'abandonner la politique s'ils perdent leur région aux élections des 13 et 20 juin prochains. 




"Si les Franciliens pensent que je peux être le rempart qui les protège, ils voteront pour moi, s'ils pensent que quelqu'un d'autre fera mieux le travail, à ce moment-là, ça sonnera effectivement la fin de ma carrière politique", a déclaré Valérie Pécresse lundi 12 avril sur Franceinfo

"Les choses sont très claires. Si je perds, c'en sera fini de ma vie politique. Evidemment", avait de son côté assuré Xavier Bertrand le 2 avril sur la même antenne. Si "je n'ai pas (la) confiance" des électeurs des Hauts-de-France, "je ne peux pas aller solliciter la confiance de 67 millions de Français", a expliqué celui qui est aussi candidat à la présidentielle de 2022. 

Lors de ces interviews, les journalistes n'ont pas manqué de rappeler aux deux ex-membres du parti Les Républicains (LR) la promesse de leur ancien patron, Nicolas Sarkozy. L'ancien président avait promis, en 2012, de quitter la vie politique s'il perdait à la présidentielle. Sa défaite face à François Hollande ne l'a pas empêché de se présenter à la primaire de LR en 2016 pour promettre à nouveau, après un nouvel échec, de ne plus faire de politique. 

Egalement potentiel candidat en 2022, Arnaud Montebourg avait pourtant annoncé qu'il se retirait de "la vie publique professionnelle" en 2014, à son départ du gouvernement. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.