La question du jour :

Vaccination contre le Covid-19 : les enseignants devraient-ils être prioritaires ?




Vaccination contre le Covid-19 : les enseignants devraient-ils être prioritaires ?
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, en visite dans une école parisienne le 11 mai 2020.

publié le samedi 10 avril 2021 à 07h00

Pour Emmanuel Macron, doivent être vaccinées en priorité "les personnes les plus âgées et celles qui ont des risques", a-t-il estimé, durant sa visite d'une usine d'Eure-et-Loir qui embouteille des vaccins vendredi 9 avril.

Faut-il changer de stratégie vaccinale et inclure les enseignants parmi la liste des publics prioritaires, compte tenu de leur exposition au Covid-19 ? La question fait son chemin dans le débat public. Pourtant, selon Emmanuel Macron, "d'un point de vue de santé publique, il n'y aurait aucun sens à vacciner un enseignant de 30 ans en priorité sur ses parents de 70 ans."


"Ce serait même un contre-sens sanitaire", a estimé le président vendredi 9 avril, lors d'un déplacement dans une usine d'Eure-et-Loir qui embouteille des vaccins.

"Notre stratégie de vaccination suit les recommandations des autorités sanitaires", a-t-il poursuivi. "Qui doit être protégé en priorité ? Les personnes les plus âgées et celles qui ont des risques", a-t-il souligné.

"Nous aurons dans les prochaines semaines une vaccination prioritaire pour les enseignants, les AESH (Accompagnant des élèves en situation de handicap, ndlr) et les personnels au contact de personnes très vulnérables en particulier en situation de handicap", a continué Emmanuel Macron

Une "stratégie spécifique" pour "toutes les professions les plus exposées"

"A partir du moment où on ouvrira la vaccination aux moins de 55 ans, on aura une politique de priorisation de certaines professions, au premier rang desquelles nos enseignants", a toutefois précisé le chef de l'Etat. En attendant, pour la reprise des cours, les "mêmes protocoles" sanitaires seront gardés, "avec beaucoup de précautions, avec une politique de tests très volontariste".

Lors de son allocution télévisée le 31 mars, le chef de l'Etat avait annoncé que la vaccination serait élargie à toutes les personnes âgées de plus de 60 ans le 16 avril, puis à toutes celles de plus de 50 ans le 15 mai. Il avait aussi parlé d'une "stratégie spécifique" pour "toutes les professions les plus exposées", en particulier les enseignants, évoquant comme horizon possible le milieu ou la fin du mois d'avril.

Interrogé quelques jours plus tard sur la question, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer avait indiqué que la vaccination des enseignants et personnels éducatifs débuterait "probablement vers la mi-avril" avec ceux qui travaillent avec des enfants "en situation de handicap". "S'agissant des professeurs, notre objectif c'est que ce soit dans le courant du mois d'avril selon des règles de priorité que nous travaillons actuellement", avait ajouté le ministre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.