La question du jour :

Covid-19 : faut-il élargir la vaccination aux moins fragiles ?




Covid-19 : faut-il élargir la vaccination aux moins fragiles ?
Il est temps maintenant de penser à vacciner "les populations exposées"

publié le mardi 23 mars 2021 à 07h00

Plusieurs élus estiment aujourd'hui qu'il faut élargir la vaccination, jugeant que la stratégie nationale n'est pas adaptée à la réalité de leurs territoires.  

Alors que la France subit une troisième vague, certains proposent de revoir la stratégie de vaccination. Actuellement réservée aux personnes âgées, malades chroniques et aux professionnels de santé, Anne Hidalgo a proposé dimanche 21 mars de "débrider la vaccination" pour l'ouvrir à tous ceux qui le souhaitent. 


Les salariés "les plus exposés" au Covid-19, comme ceux de la grande distribution ou les enseignants, devraient être "prioritaires pour la vaccination", sur la base du volontariat, a également proposé Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT.

Vacciner les "populations exposées" 

Il est temps maintenant de penser à vacciner "les populations exposées", a appuyé Yazdan Yazdanpanah, chef de service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat à Paris, membre du Conseil scientifique.

"Tout dépendra des doses des vaccins, mais je pense que rapidement il faut aller vers les enseignants, les gens qui sont exposés et qui participent à la transmission.

On a d'abord réfléchi aux personnes vulnérables, c'était normal, maintenant il faut réfléchir progressivement aux personnes les plus exposées. Je pense aux enseignants, les caissières, caissiers des supermarchés. Vacciner ces gens-là c'est bien pour eux et pour les autres. Donc c'est important de les faire", a-t-il insisté.

10 millions de doses injectées mi-avril ?

Nombreux sont ceux qui plaident pour élargir la vaccination. Du côté du gouvernement, sans donner de date précise, le ministre de la Santé Olivier Veran a évoqué l'ouverture d"au moins 35 centres", déployés notamment par l'armée et les pompiers, qui s'ajouteraient à la vaccination dans les hôpitaux, chez son médecin et dans les pharmacies.

"Le principal frein, c'est le nombre de doses livrées, mais il devrait augmenter très fortement au cours des prochaines semaines", a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.Pour l'heure, la France compte près de 6,2 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin, dont 2,4 millions de personnes vaccinées avec deux doses. Le gouvernement table sur 10 millions de premières doses injectées mi-avril.

La campagne a permis de faire baisser drastiquement les morts dans les maisons de retraite médicalisées, mais près de 2000 personnes sont encore décédées la semaine dernière, portant le total en France à plus de 92 000 morts.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.