La question du jour :

Covid-19 : êtes-vous convaincu par les annonces de Jean Castex ?




Covid-19 : êtes-vous convaincu par les annonces de Jean Castex ?
Jean Castex à Paris, le 18 mars 2021.

publié le jeudi 18 mars 2021 à 22h30

Politiques ou professionnels, de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer les mesures annoncées par le gouvernement.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé un nouveau confinement de quatre semaines à partir de vendredi pour seize départements, dont Paris et sa région, face à la progression de l'épidémie de Covid-19.

Outre l'Île de France, sont concernés : les Hauts-de-France, et les département des Alpes-Maritimes, de la Seine-Maritime et de l'Eure. Dans ces 16 départements, les commerces et rayons non essentiels devront restés fermés dès samedi.

Les sorties, non limitées dans le temps, devront se faire dans un rayon de 10 km autour du domicile avec attestation. Le gouvernement insiste également sur la nécessité de télétravailler au moins 4 jours par semaine. Dans le reste du pays, le couvre-feu est retardé à 19h.


Ces mesures sont prises  pour "au moins 4 semaines", pourront être étendues "à d'autres parties du territoire", a précisé le Premier ministre.

Dès la fin des annonces, les oppositions sont montées au créneau. "Le confinement, c'est ce que l'on fait quand on a tout raté", a estimé Marine Le Pen. "Ils niaient tout. Ils n'ont donc rien prévu, rien organisé. Retour au Moyen Âge : le confinement. Puis déconfinement. Puis reconfinement. La vis sans fin", a de son côté commenté Jean-Luc Mélenchon.

"On repart en absurdie"

"Révolté par ce concept de 'pari' en matière sanitaire, s'est insurgé Julien Bayou (EELV). Je ne me résous pas à me dire que je reverrai ou non ma grand-tante toujours pas vaccinée à la faveur d'un pari réussi de Jupiter. On ne 'parie' pas sur la vie des gens".

"La question à poser au regard des nouvelles mesures qui vont encore coûter des milliards à la France et avoir un coup humain terrible : où sont les lits supplémentaires de réanimation promis ?", a souligné Bruno Retailleau (LR).

"C'est l'hypothèse la plus dure qui a été retenue, c'est une vraie catastrophe parce que cela signifie qu'une partie importante du commerce français va se retrouver très largement fermée et qu'on repart en absurdie avec cette nécessité, pour les grandes surfaces, de bâcher à nouveau une partie des rayons", a déploré Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.