La question du jour :

Faut-il bannir les prospectus des boîtes aux lettres ?




Faut-il bannir les prospectus des boîtes aux lettres ? ©INA FASSBENDER / AFP

publié le mercredi 10 mars 2021 à 07h00

Et vous, appréciez-vous de recevoir des publicités à votre domicile ? 

Depuis lundi, les députés examinent en commission l'emblématique projet de loi climat. Près de 5.000 amendements sont au menu de la commission spéciale qui va plancher deux semaines sur ce texte sensible, avant son arrivée dans l'hémicycle fin mars. Le texte propose notamment d'interdire la distribution de prospectus à domicile, "à titre expérimental" et pendant trois ans, dans les communes volontaires, sauf si le destinataire l'accepte expressément avec un autocollant "Oui pub" sur sa boîte aux lettres. 



Le marché des "imprimés sans adresse" représentait encore 594 millions d'euros d'investissements publicitaires en France en 2019, en baisse de 5%. Chaque année, 21 milliards de prospectus sont distribués dans les 25 millions de boîtes aux lettres en France, selon des chiffres de l'European Letterbox Marketing Association publiés par BFMTV en janvier. Soit 840 prospectus par foyer. 

Mais, si environ 20% des boîtes aux lettres arborent un autocollant "Stop pub", de nombreux consommateurs apprécient les catalogues des grandes surfaces. "En magasin, ces publicités génèrent 15% du trafic, et 13% du chiffre d'affaires", affirme RTL, qui souligne aussi que le secteur emploie environ 10.000 personnes. 

La distribution de prospectus est déjà davantage encadrée depuis le 1er janvier. Distribuer des publicités dans une boîte aux lettres affichant "Stop pub" est passible d'une amende de 1.500 euros (contre 450 euros auparavant). 

Il est également interdit de déposer des prospectus sur les voitures. Le même texte prévoit, à partir de 2022, d'interdire les prospectus emballés sous plastique avec l'adresse du destinataire, ainsi que des prospectus fabriqués avec du papier non recyclé ou de l' encre à base d'huiles minérales. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.