La question du jour :

Famille royale : Meghan et Harry ont-ils eu raison de parler ?




Famille royale : Meghan et Harry ont-ils eu raison de parler ?
Le prince Harry et Meghan Markle interviewés par Oprah Winfrey dans un entretien diffusé le 7 mars.

, publié le mardi 09 mars 2021 à 07h00

Elle a pensé au suicide lorsqu'elle vivait au sein de la famille royale britannique, dont certains membres s'inquiétaient de la couleur de peau qu'aurait son fils. Il n'a plus de contacts avec son père et son frère.

Les confidences de Meghan Markle et du prince Harry à la télévision américaine, font l'effet d'une bombe au Royaume-Uni. Le couple épargne toutefois la reine Elizabeth II, avec qui Harry garde "une très bonne relation". 




Un an après la mise en retrait choc du couple et de son départ pour la Californie, ces confessions, recueillies par la star de la télévision Oprah Winfrey, dressent un portrait sombre de la monarchie britannique, cible d'un tir nourri d'accusations, de l'insensibilité au racisme. L'interview a été diffusée dimanche sur la chaîne américaine CBS, et lundi au Royaum-Uni et en France (sur TMC). 

Pensées suicidaires 

Pour les médias britanniques, la guerre est déclarée entre le duc et la duchesse de Sussex et le reste de la famille royale, qui n'avait pas réagi lundi. C'est "pire" que ce à quoi s'attendait la couronne, estime le Times. La monarchie aurait eu besoin d'un "gilet pare-balles" face aux "obus" lancés lors de cette interview, selon le Telegraph

Les époux, désormais installés à Montecito, expliquent leur mise en retrait et leur départ pour les États-Unis par la conjonction d'une pression médiatique intenable et du manque de soutien de la famille royale. 

Parfois émue aux larmes, Meghan Markle raconte avoir été tourmentée par des pensées suicidaire. Elle déplore s'être vu refuser le soutien psychologique qu'elle demandait, parce que ce ne serait "pas bon" pour l'image de l'institution. "Je ne voulais tout simplement plus être en vie", déclare l'ex-actrice américaine métisse de 39 ans, enceinte de son deuxième enfant, une fille. Elle met cet état psychologique sur le compte de la couverture agressive des médias britanniques.

Propos racistes 

Elle fait aussi fait état de conversations au sein de la famille royale sur la couleur de peau de son fils avant qu'il naisse. Sans toutefois dévoiler l'identité de la ou des personnes ayant eu cet échange avec son mari Harry, 36 ans, petit-fils d'Elizabeth II et sixième dans l'ordre de succession de la couronne, parce que "ce serait très dommageable pour elles". "J'étais sous le choc", commente le fils cadet de Charles et Diana au sujet de cette conversation. 

Oprah Winfrey a précisé lundi que ni i la reine ni son mari le prince Philip n'ont participé à ces conversations. Le prince Harry n'a pas précisé l'identité de la personne qui a évoqué ce sujet, "mais il a voulu s'assurer que je sache (...) que ce n'était ni sa grand-mère, ni son grand-père", a déclaré l'animatrice à l'émission "CBS This Morning". 

"Profond respect" pour la reine 

Si Meghan Markle dénonce une "vraie campagne de dénigrement", elle prend garde de ne pas attaquer personnellement des membres de la couronne. Elle affirme toutefois que, contrairement à ce qui avait été rapporté par la presse britannique, ce n'était pas elle qui avait fait pleurer Kate, la duchesse de Cambridge, lors d'un incident survenu peu avant son mariage, mais l'inverse. Elle précise que Kate s'est excusée peu après.

Harry va plus loin, se disant "vraiment déçu" par son père, le prince Charles, alors qu'il traversait une période difficile. "Il y aura du travail" pour améliorer leur relation, "mais en même temps, je l'aimerai toujours". En revanche, Harry loue la reine Elizabeth II. "Ma grand-mère et moi avons une très bonne relation", assure-t-il. "Et j'ai un profond respect pour elle."

"Sens du devoir" 

Avant la diffusion de cet entretien choc, la monarchie avait décidé de faire front, offrant quelques heures avant l'intervention des Sussex l'image d'une famille unie lors des célébrations annuelles du Commonwealth. À cette occasion, la reine a souligné l'importance du "dévouement désintéressé et du sens du devoir", certains y voyant une critique adressée au couple princier. 

Harry et Meghan, qui ont révélé s'être marié en secret trois jours avant la cérémonie officielle très médiatisée, ont créé une fondation, Archewell, et signé de lucratifs partenariats avec Netflix et Spotify. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.