La question du jour :

Covid-19 : faut-il généraliser le couvre-feu à 18H00 ?




Covid-19 : faut-il généraliser le couvre-feu à 18H00 ?
Dans une rue déserte de Strasbourg après le couvre-feu à 18H00, le 10 janvier.

, publié le jeudi 14 janvier 2021 à 07h00

Face à la hausse de la circulation du Covid-19 et à la menace d'une forme plus contagieuse, le Premier ministre devrait annoncer de nouvelles restrictions, jeudi lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Un reconfinement national ne semble pas à l'ordre du jour mais le couvre-feu pourrait être avancé à 18H00 dans l'ensemble de l'Hexagone. 

"Il y aura probablement un certain nombre de mesures plus strictes à prendre", avait prévenu Jean-François Delfraissy, à la tête du Conseil scientifique qui guide le gouvernement dans sa gestion de l'épidémie, mardi sur TF1




Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lui aussi préparé les esprits mercredi. "Manifestement, il y a un effet sur la circulation du virus de l'avancement du couvre-feu à 18H00", a-t-il indiqué lors du compte-rendu du conseil des ministres.

"Un instrument efficace"

"Dans les départements où le couvre-feu a été avancé, la circulation du virus est moins importante que dans d'autres départements français : c'est-à-dire qu'il croît moins vite, la dynamique de croissance du virus est moins rapide que dans d'autres territoires", a-t-il poursuivi, en prévenant qu'il était "évidemment trop tôt pour mesurer pleinement et absolument les effets". 

Gabriel Attal a souligné qu'une étude de Santé Publique France montre que "le couvre-feu est un instrument efficace pour lutter contre la circulation du virus, précisément parce qu'il permet de limiter les interactions sociales que l'on peut avoir en fin de journée dans des domiciles privés par exemple". "Et donc le choix d'avancer ce couvre-feu à 18H00 dans un certain nombre de départements vise évidemment à limiter encore davantage c'est interactions", a-t-il expliqué. 

25 départements 

Le couvre-feu dès 18H00 est mis en place dans 25 départements au total (Allier, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardennes, Bas-Rhin, Bouches-du-Rhône, Cher, Côte-d'Or, Doubs, Drôme, Hautes-Alpes, Haut-Rhin, Haute-Marne, Haute-Saône, Jura, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Nièvre, Saône-et-Loire, Territoire-de-Belfort, Var, Vaucluse et Vosges).




Une nouvelle extension, voire une généralisation à l'ensemble du territoire national font partie des pistes de travail, selon plusieurs membres du gouvernement, qui s'est par ailleurs réuni mercredi matin lors d'un séminaire en visioconférence.

Le Premier ministre doit s'exprimer jeudi lors d'une conférence de presse aux côtés du ministre de la Santé, Olivier Véran, au cours de laquelle de nouvelles annonces sont attendues, a confirmé Gabriel Attal. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.