La question du jour :

Rentrée scolaire : le protocole sanitaire est-il suffisant ?




Rentrée scolaire : le protocole sanitaire est-il suffisant ?
Photo d'illustration
A lire aussi

publié le lundi 02 novembre 2020 à 07h00

Alors que les élèves reprennent les cours lundi 2 novembre, le masque est désormais obligatoire dès 6 ans. D'autres mesures ont été prises pour renforcer le protocole sanitaire, alors que les chiffres pointent une diffusion non négligeable du virus en milieu scolaire. 


"Crèches, écoles, collèges et lycées vont rester ouverts pendant cette période, avec des protocoles renforcés", a annoncé Emmanuel Macron la semaine dernière durant son allocution télévisée annonçant le reconfinement.

Le secteur périscolaire sera également ouvert, a précisé le Premier ministre Jean Castex. 

Le port du masque à l'école "sera étendu aux enfants du primaire dès l'âge de 6 ans", a annoncé Jean Castex devant l'Assemblée nationale, justifiant cette décision par un avis du Haut-conseil de santé publique. "C'est une mesure supplémentaire qui va s'ajouter aux autres gestes barrières mais qui ne sera pas suffisante", estime Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire. 

Les enfants sont-ils contagieux ? Ce n'est pas clair 

La contagiosité des enfants continue de faire débat dans la communauté scientifique. "Même s'ils sont moins contagieux que des gens de 14 ans et des adultes - ce qui n'est pas si clair -, comme ils ont beaucoup de contacts avec leurs camarades et avec les adultes, moins contagieux ne veut pas dire qu'il n'y a pas de cas", explique à l'AFP l'épidémiologiste Dominique Costagliola.

Lors d'une conférence de presse aux côtés du Premier ministre jeudi, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a précisé que le nouveau protocole, "préparé depuis juillet", prévoit une limitation du brassage des élèves avec des arrivées et départs étalés dans le temps, des "déplacements limités au maximum" et des récréations "par groupes". Dans le second degré, "une seule salle sera attribuée à chaque classe, dans la mesure du possible".

Les cantines ouvertes 

La restauration scolaire sera "maintenue pour des raisons sociales", en veillant à espacer les élèves d'un même groupe d'un mètre, "autant que possible". "L'aération et la ventilation des classes seront également renforcées, comme la désinfection des locaux et des matériels et le nettoyage", explique le ministre.

"Il faudra nous laisser du temps pour mettre en place ce protocole qui reste encore peu détaillé à ce stade", estime Stéphane Crochet, du syndicat SE-Unsa. "Cela ressemble à ce qui prévalait au printemps dernier après le confinement, et ce sera difficile à mettre en oeuvre dans les gros établissements", juge-t-il. 

Pas de demi-groupes 

Plusieurs syndicats réclamaient la mise en œuvre du "plan de continuité pédagogique" qui prévoit, en cas d'accélération du virus, l'accueil de demi-groupes d'élèves uniquement. Mais Jean-Michel Blanquer assure que le protocole permettra bien l'accueil de "tous les élèves sur l'ensemble du temps scolaire". 

Il a simplement évoqué, pour les lycées, une "souplesse" laissée aux chefs d'établissement. "Le protocole de continuité pédagogique permet d'envisager de l'enseignement à distance pour les élèves vulnérables ou pour des groupes d'élèves", selon le ministre. Mais "il ne faut pas sous-estimer les problèmes des demi-groupes", a-t-il ajouté, en soulignant que ce n'est pas l'option privilégiée.

Préavis de grève des profs

"Rien n'est dit sur la diminution des effectifs qui est le principal enjeu", regrette Sophie Vénétitay, du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire. "Aujourd'hui, rien ne va permettre de garantir la sécurité des élèves et des personnels", estime-t-elle, invitant ces derniers à se saisir de tous les moyens d'action "pour faire valoir leur droit". Un préavis de grève a d'ores et déjà été déposé du 2 au 7 novembre.

Dans l'enseignement supérieur, la règle sera désormais le "distanciel" pour tous les cours, à l'exception des travaux pratiques et de "l'enseignement professionnel nécessitant du matériel spécialisé", selon Jean Castex.

Les bibliothèques universitaires ouvertes, repas à emporter dans les "restos U"

Les examens et concours pourront continuer de se tenir dans les universités et établissements du supérieur avec "un protocole renforcé". "Les restaurants universitaires pourront continuer à fonctionner, mais uniquement pour des repas à emporter".

Les bibliothèques universitaires seront, elles, "ouvertes sur rendez-vous et dans le respect d'une jauge". Quant aux activités de recherche, elles se poursuivront "en télétravail, quand c'est possible", a détaillé le Premier ministre. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.