La question du jour :

Covid-19 : craignez-vous des mesures "encore plus dures" dans les semaines à venir ?




Covid-19 : craignez-vous des mesures "encore plus dures" dans les semaines à venir ?
Place Saint-Dominique, à Clermont-Ferrand, le 22 octobre 2020.

, publié le vendredi 23 octobre 2020 à 07h00

Si le gouvernement assure qu'il est encore temps d'éviter des mesures plus contraignantes que celles prises actuellement, il n'exclut pas "des mesures beaucoup plus dures" si les indicateurs de l'épidémie ne s'améliorent pas. 

Devant la gravité de la situation sanitaire, le couvre-feu va être étendu samedi à 38 nouveaux départements et à la Polynésie française pour faire face à une circulation du virus "extrêmement élevée", avec 41.000 cas enregistrés ces dernières 24 heures, un niveau jamais vu.



Au total, 54 départements et 46 millions d'habitants sont désormais soumis à un couvre-feu nocturne qui, pour les nouveaux territoires, entrera en vigueur à 00h00 samedi, a précisé Jean Castex lors d'une conférence de presse au ton empreint d'anxiété. Le couvre-feu "s'appliquera de 21 heures à 6 heures sur l'ensemble du territoire des départements concernés et, normalement, pour une durée de six semaines", a poursuivi le Premier ministre, en décrivant des règles qui "seront les mêmes que pour les métropoles déjà placées en couvre-feu depuis samedi dernier", en l'espèce l'Île-de-France, Lille, Lyon, Marseille, Rouen, Grenoble, Saint-Etienne, Montpellier et Toulouse.

Le Premier ministre a averti que si l'épidémie n'était pas jugulée, le gouvernement devrait "envisager des mesures beaucoup plus dures", alors que plusieurs pays, comme l'Irlande, viennent de décider des reconfinements face à la deuxième vague. "Il est encore temps de l'éviter, mais il ne nous reste plus beaucoup de temps", a-t-il ajouté, précisant qu'il était "trop tôt à ce stade pour mesurer les effets du couvre-feu". "C'est la semaine prochaine que nous verrons s'il commence à réduire suffisamment la circulation virale", a prévenu le chef du gouvernement. 

"Le mois de novembre sera éprouvant" et "le nombre de morts va continuer d'augmenter", a-t-il insisté. Quelque 165 décès de malades du Covid-19 ont officiellement été enregistrés jeudi. Au niveau national, le nombre de personnes atteintes du Covid s'établit sur les sept derniers jours à 251 pour 100.000 personnes, "c'est-à-dire une progression de 40 % en une semaine", a rappelé le chef du gouvernement. Le taux de reproduction du virus se situe autour de 1,35, "ce qui concrètement signifie un doublement du nombre de cas en 15 jours", a-t-il précisé.

Alors que le Conseil scientifique a déjà prévenu que "les mois d'hiver seront difficiles", l'exécutif a adopté en Conseil des ministres un projet de loi pour prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février 2021 inclus. Nécessitant un vote au parlement, il sera examiné dès ce week-end à l'Assemblée. L'exécutif entend aussi pouvoir appliquer des mesures de restrictions de circulation, de rassemblements ou d'ouvertures des établissements au moins jusqu'au 1er avril 2021, sur tout ou partie du territoire et en fonction de la situation épidémique, selon le même texte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.