La question du jour :

Comprenez-vous l'interdiction des fêtes dans toute la France ?




Comprenez-vous l'interdiction des fêtes dans toute la France ?
Jean Castex à Paris, le 15 octobre 2020.

, publié le vendredi 16 octobre 2020 à 07h00

Des mesures qui ne s'appliquaient jusqu'ici que dans les zones en alerte maximale vont être étendues à l'ensemble du territoire.

Pour endiguer l'épidémie de coronavirus, le gouvernement a annoncé jeudi 15 octobre de nouvelles mesures, dont un couvre-feu entre 21h et 6h dans plusieurs métropoles françaises. Mais d'autres restrictions vont également s'appliquer, et pas seulement dans les zones fortement touchées par le virus.

"Toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes, qui se tiennent dans des salles des fêtes, dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites" sur l'ensemble du territoire, a indiqué le chef du gouvernement. "Tous les restaurants de France appliqueront le protocole sanitaire qui a été récemment renforcé et prévoit notamment la limitation à six du nombre de clients par table" ainsi que "l'enregistrement du nom des clients pour faciliter le 'contact tracing'", a également annoncé Jean Castex. 


Ces mesures qui ne s'appliquaient jusqu'à présent que dans les zones en niveau d'alerte maximale.

En outre, "dans tous les lieux assis comme les cinémas, les stades, les cirques ou les salles de conférence, la règle d'un siège sur deux devra s'appliquer entre deux personnes ou groupes de personnes de six personnes maximum (...) et le nombre de visiteurs sera limité à 1.000 ou 5.000 personnes, selon le niveau de circulation du virus".

"Dans tous les lieux où l'on circule debout comme les centres commerciaux, les supermarchés, les foires et salons, les musées, les zoos, le nombre de visiteurs sera limité sur la base d'une base de 4m² par personne et dans la limite d'une jauge fixée par le préfet en fonction de la circulation du virus", a encore annoncé le Premier ministre. 

Ces règles s'appliqueront pour une durée de quatre semaines mais le gouvernement souhaite demander au parlement de les prolonger jusqu'à fin novembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.