La question du jour :

Allez-vous faire un don pour les sinistrés des Alpes-Maritimes ?




Allez-vous faire un don pour les sinistrés des Alpes-Maritimes ?
Emmanuel Macron dans le village sinistré de Tende, le 7 octobre.

, publié le jeudi 08 octobre 2020 à 07h00

Emmanuel Macron s'est rendu mercredi dans la vallée de la Roya, dévastée par des intempéries le week-end dernier. 

Le président de la République Emmanuel Macron est arrivé en hélicoptère dans le village de Tende, partiellement privé d'électricité et inaccessible par la route, pour apporter son soutien aux habitants des Alpes-Maritimes traumatisés par les crues exceptionnelles du 2 octobre. 




Quelque 200 personnes attendaient le chef de l'Etat, qui a immédiatement fait le point avec les membres de la sécurité civile et les gendarmes présents dans ce village de la vallée de la Roya, une des plus meurtries par les intempéries, a constaté un journaliste de l'AFP. 

La voix nouée, le maire de Tende Jean-Pierre Vassallo a raconté au président le désastre vécu par les 2.000 habitants lors des pluies torrentielles : "Le vendredi soir, c'était le cauchemar, les maisons tombaient les unes après les autres, on a évacué l'Ehpad, avec le personnel soignant, les pompiers, on a fait un véritable miracle". 

"Maintenant, je suis impressionné, quand la machine France se met en route c'est impressionnant", a-t-il ajouté, évoquant la mobilisation des secours et la solidarité des habitants de cette zone de montagne.

Quelques heures avant d'arriver dans ces zones sinistrées situées au nord de Nice, Emmanuel Macron avait promis un soutien "à la mesure de la catastrophe" qui a fait au moins quatre morts, huit disparus et 13 "supposés disparus". Deux autres personnes sont mortes en Italie lors de ces intempéries d'une violence hors normes.

Le coût de la reconstruction est estimé à un milliard d'euros, a indiqué le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier, en se basant sur des chiffres du préfet. Et il faudra des mois d'efforts pour reconstruire. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.