La question du jour :

Plan de relance : faites-vous confiance au gouvernement ?




Plan de relance : faites-vous confiance au gouvernement ?
Le Premier ministre Jean Castex, le 2 septembre à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

publié le jeudi 03 septembre 2020 à 07h00

Après un report d'une semaine pour donner la priorité à la gestion sanitaire de la rentrée, le gouvernement détaille jeudi son plan de relance de l'économie. 

Ce plan de 100 milliards d'euros représente "quatre fois plus que le plan de 2008, un tiers du budget de l'État", a vanté la semaine dernière le Premier ministre Jean Castex, devant les patrons réunis à l'université d'été du Medef, pour assurer l'engagement de l'État dans cette crise.




Une crise inédite depuis la Seconde Guerre mondiale : après avoir vu le PIB se contracter de plus de 5% au premier trimestre, puis de 13,8% au deuxième sous l'effet du confinement, la France est entrée en récession et le gouvernement prévoit que son PIB s'affaisse de 11% cette année.

Si le rebond de l'activité a été fort au début du déconfinement à la mi-mai, il s'essouffle quelque peu ces dernières semaines. En parallèle, le renforcement des règles sanitaires, comme le port du masque généralisé en entreprises, crée un climat d'inquiétude peu propice à restaurer la confiance, pourtant essentielle pour la reprise durable de l'économie.

Après les 460 milliards d'euros de dispositifs d'urgence mobilisés depuis mars, le plan de relance, qui doit se déployer sur deux ans, vise à soutenir "l'offre et l'investissement", a défendu le Premier ministre.

Il sera donc surtout axé sur le soutien direct aux entreprises, avec comme mesure phare la baisse des impôts de production de 10 milliards d'euros en 2021 et en 2022. Et il intègre également l'enveloppe de 6,5 milliards de soutien à l'emploi des jeunes, déjà débloquée cet été.

Au-delà des mesures de court terme, l'exécutif veut aussi accélérer le verdissement de l'économie et stimuler la production industrielle sur le territoire, en particulier dans certains secteurs stratégiques. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.