La question du jour :

Coronavirus : craignez-vous une deuxième vague ?




Coronavirus : craignez-vous une deuxième vague ?
Le Premier ministre Jean Castex, le 8 juillet à l'Assemblée.

, publié le jeudi 09 juillet 2020 à 07h00

En Mayenne, six clusters se sont déclarés. Un dépistage massif démarrera la semaine prochaine à Laval.

De son côté, le Premier ministre et le directeur général de la Santé Jérôme Salomon ont indiqué que la France se préparait à une deuxième vague.


Le nombre de cas en Mayenne a connu une hausse exponentielle depuis le 25 juin, ce qui inquiète les autorités sanitaire et préfectorale. Entre le 25 et le 30 juin en Mayenne, le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 est passé de 54 à 109 puis de 109 à 219 entre le 30 juin et le 6 juillet. C'est ce doublement à deux reprises et en deux semaines du nombre de cas découverts qui inquiète les autorités, laissant penser que la circulation du virus est plus intense.

"L'idée est de tester le plus possible afin d'isoler ces personnes et afin de casser les éventuelles transmissions de virus (...) C'est dans le cadre de tests ciblés que l'on constate depuis la fin de la semaine dernière un accroissement à la fois du taux d'incidence et du taux de positivité dans notre département.

Face à cela nous ne pouvions pas rester inactifs", a déclaré le préfet de la Mayenne, Jean-Francis Treffel.

Ce matin, sur l'antenne de Jean-Jacques Bourdin, le Premier ministre a pour sa part assuré que l'État se préparait à une deuxième vague. "Nous n'allons pas faire un éventuel reconfinement comme nous avions fait celui de mars, a-t-il néanmoins précisé. Parce que d'abord, on a appris. Et parce qu'un reconfinement absolu a des conséquences terribles, humaines, économiques, donc nous allons cibler."

Un temps écartée, l'éventualité d'une deuxième vague est de plus en plus évoquée par les pouvoirs publics. Interrogé ce mercredi par Le Figaro, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon a souligné qu'"il faut se préparer à une reprise de l'épidémie (de Covid-19), voire à une deuxième vague", qui est possible "cet automne ou cet hiver". :

Vos réactions doivent respecter nos CGU.