La question du jour :

Masques : l'Etat doit-il réglementer les prix ?




Masques : l'Etat doit-il réglementer les prix ?
Des usagers du métro à Paris le 29 avril.

, publié le jeudi 30 avril 2020 à 07h00

La question des masques est l'un des points clés du plan de déconfinement, alors que leur port sera recommandé voire obligatoire dans certains espaces comme les transports en commun. Mais, outre la difficulté de s'en procurer, certains Français pointent du doigt des prix disparates et parfois trop élevés. 

La secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher s'est dite défavorable, lundi, à une limitation des prix des masques - contrairement à ce qui se fait en Italie. Mais mercredi, elle a indiqué que des masques en papier seront vendus en grandes surfaces la semaine prochaine à prix coûtant. 




"J'annonce aujourd'hui un accord avec la grande distribution pour que certaines enseignes commencent à les vendre dès la semaine prochaine et toutes les enseignes à partir du 11 mai", a-t-elle déclaré sur BFM Business. Ils coûteront "entre 2 et 3 euros pour les masques lavables réutilisables, soit entre 10 et 30 centimes l'usage", a-t-elle précisé, en ajoutant que les masques papiers à usage unique seront vendus par les grandes enseignes à prix coûtant. 

Auchan, Aldi, Carrefour, Colruyt, Cora, Groupe Casino, Intermarché, Leclerc, Lidl, Netto, Supermarché Match et Système U vendront vendront des masques en tissu et des masques jetables à partir du 4 mai. "Les enseignes de la grande distribution s'engagent à ce que le prix des masques soit limité afin de permettre leur acquisition par tous les Français" et les masques seront vendus  "avec une marge minimale", assurent-elles dans un communiqué commun avec Bercy. "Le prix d'un masque à usage unique sera inférieur à 1 euro, en cohérence avec leurs prix d'achat à l'étranger". 

Par ailleurs, Agnès Pannier-Runacher a confirmé ce qu'avait annoncé Edouard Philippe la veille : "nous mettrons à disposition 5 millions de masques par semaine réutilisables 20 fois à la disposition des plus vulnérables, soit l'équivalent de 100 millions de masques à usage unique".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.