La question du jour :

Confinement : faut-il durcir les sanctions ?




Confinement : faut-il durcir les sanctions ?
Edouard Philippe et Emmanuel Macron le 19 mars à l'Elysée.

, publié le vendredi 20 mars 2020 à 00h00

Le beau temps les y incitant, certains Français continuent à sortir comme si ces jours loin du bureau était des vacances. Des comportements qui indignent Emmanuel Macron.

En marge de son déplacement à l'Institut Pasteur à Paris, jeudi 19 mars, le chef de l'Etat a déploré que trop de citoyens prennent les consignes "à la légère". 

"Quand je vois que des gens continuent à aller au parc, à se mettre ensemble, à aller à la plage ou à se ruer dans les marchés ouverts, c'est qu'ils n'ont pas compris les messages"... Ainsi s'est exprimé le chef de l'Etat, jeudi après-midi, devant des journalistes, en marge d'une visite à l'Institut Pasteur à Paris. 




Emmanuel Macron a déploré que "trop" de Français continuent à "prendre à la légère" les consignes de confinement prises pour lutter contre le coronavirus. "Ce n'est pas aujourd'hui parfaitement respecté" et "on a beaucoup de nos concitoyens qui prennent encore ça à la légère", a-t-il ajouté.

"Il faut qu'on responsabilise" 

Certains "ne veulent pas réaliser ou ne réalisent pas que c'est à la fois pour eux et pour protéger ses proches" que ces mesures de restriction de déplacement ont été annoncées lundi soir. "Il faut qu'on responsabilise. Etre citoyen c'est ça", a-t-il insisté. 

Face à ce phénomène, encouragé par une météo ensoleillée, les autorités ont interdit jeudi, avec la prise d'arrêtés préfectoraux, l'accès aux plages de tout l'arc méditerranéen, de la Corse et de nombreux départements de la façade atlantique. Les quais de la Garonne ont également été interdits à Bordeaux. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.