La question du jour :

Le gouvernement a-t-il raison de recourir à l'article 49-3 de la Constitution ?




Le gouvernement a-t-il raison de recourir à l'article 49-3 de la Constitution ?
Édouard Philippe à l'Assemblée nationale.
A lire aussi

, publié le dimanche 01 mars 2020 à 07h00

A l'Assemblée, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé samedi qu'il allait avoir recours à l'article 49-3 de la Constitution afin de contourner le blocage parlementaire.

Il occupait les discussions depuis plusieurs semaines et l'enlisement des débats autour de la réforme des retraites à l'Assemblée nationale. L'article 49-3 va être utilisé par le gouvernement afin de faire passer le texte sans vote du Parlement. Près de 41 000 amendements avaient été déposés par les députés.


Édouard Philippe a donc tranché et engagé la responsabilité du gouvernement sur la réforme, afin de "dépasser un non-débat", une "obstruction délibérée de la part d'une minorité". Une déclaration qui s'est faite, à la suite du Conseil des ministres de samedi 29 février, dans une ambiance houleuse.

Vent debout les groupes d'oppositions ont déjà annoncé qu'ils allaient déposer des motions de censure. "Aucune chance de motion de censure commune", a immédiatement indiqué Eric Woerth, député LR, président de la commission des Finances. "C'est une volonté de passer en force", dénonce l'Insoumis François Ruffin, député de la Somme. 

Le président du groupe Gauche démocrate et républicaine, le communiste André Chassaigne, a confirmé qu'une motion de censure serait également déposée à gauche. Si une motion de censure est votée par l'Assemblée, le gouvernement devrait démissionner, scénario peu probable, LREM étant majoritaire dans l'hémicycle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.