La question du jour :

Réforme des retraites : soutenez-vous la poursuite du mouvement ?




Réforme des retraites : soutenez-vous la poursuite du mouvement ?
Manifestation contre la réforme des retraites le 6 février 2020 à Paris.

, publié le samedi 08 février 2020 à 07h00

Deux mois après le début du mouvement contre la réforme des retraites, les syndicats annoncent continuer la lutte, promettant notamment un "lundi noir" le 17 février, jour de l'entrée à l'Assemblée de la loi. Matignon de son côté espère "faire le point" sur les sujets sensibles, en réunissant les organisations syndicales et patronales le 13 février.

Au lendemain de la neuvième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, Edouard Philippe réagit. Vendredi 7 février, le Premier ministre annonce qu'il réunira les organisations syndicales et patronales à Matignon jeudi 13 février, afin d'évoquer notamment les sujets de pénibilité et de départs progressifs à la retraite.

L'intersyndicale de son côté a d'ores et déjà appelé à un "lundi noir dans les transports" le 17 février, jour de l'arrivée de la réforme dans l'hémicycle. Si les défilés mobilisent de moins en moins, les opposants à la loi mettent garde le gouvernement et ne comptent pas lâcher le mouvement. 



Philippe espère "faire le point, le cas échéant, conclure"

Edouard Philippe avait déjà annoncé la tenue d'une réunion multilatérale "la semaine du 10 février", en espérant "faire le point, le cas échéant, conclure" les réflexions sur certaines questions de la réforme. Précisément, le Premier ministre souhaite "faire un un bilan des travaux engagés ces dernières semaines sur les questions de pénibilité, des pensions de retraite minimum, des départs progressifs à la retraite ainsi que des transitions des systèmes actuels vers le système universel". L'idée étant d'inclure les conclusions sur ces sujets avant le 17 février.

Vendredi, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a mis en garde contre "une réforme plantée par le gouvernement" si les demandes de son syndicat, notamment sur la pénibilité et le financement, n'étaient pas entendues. Le sujet du financement est pour sa part traité à part, au sein d'une "conférence", installée fin janvier et qui doit rendre ses conclusions en avril. 


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.