La question du jour :

Réforme des retraites : le gouvernement doit-il abandonner l'âge pivot ?




Réforme des retraites : le gouvernement doit-il abandonner l'âge pivot ?
Le secrétaire général de la CGDT Laurent Berger (ici le 17 décembre à Paris) réclame le retrait de l'âge pivot.

, publié le mercredi 08 janvier 2020 à 07h00

La CFDT et l'Unsa souhaitent que l'âge pivot soit retiré du projet de réforme des retraites d'ici à vendredi, date de la réunion prévue sur la mise en place d'une "conférence de financement".

Gouvernement, syndicats et patronat ont repris mardi 7 janvier les négociations en France pour tenter de sortir du conflit sur la réforme des retraites entré mardi dans son 34e jour, mais ont globalement campé sur leurs positions. Après une rencontre au ministère du Travail, le Premier ministre Édouard Philippe a proposé de réunir les partenaires sociaux dès vendredi pour discuter des aspects financiers du projet.

Le premier syndicat du pays, la CFDT, avait appelé à une telle "conférence de financement", souhaitant disjoindre la réforme de fond - système universel et à points - des mesures prises pour financer les retraites, comme le recul de facto de l'âge de départ avec une retraite à taux plein. L'idée d'une telle conférence "est bonne mais nous devons nous mettre d'accord sur le mandat de cette conférence de financement, sur le délai qui lui sera accordé pour aboutir ou dégager des solutions consensuelles", a déclaré le Premier ministre.




L'exécutif reste déterminé à mener à bien cette réforme pour aboutir à un système de retraite universel et par points, alors qu'aujourd'hui coexistent 42 régimes différents. Mais il a aussi prévu d'instaurer un "âge pivot" à 64 ans  pour inciter financièrement les Français à travailler au-delà de l'âge légal de départ à la retraite, actuellement fixé à 62 ans. Ce à quoi sont fermement opposées la CFDT et l'Unsa, qui réclament son retrait du projet de loi d'ici à vendredi. 

Vendredi, "dans l'état de tension dans lequel est notre pays, ce serait de bon ton d'avoir une annonce que l'âge pivot est retiré du projet de loi actuel, sinon la CFDT ne s'inscrira pas durablement dans cette discussion", a déclaré le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger. Le gouvernement "a trois jours" pour apporter "une réponse définitive" sur ce retrait, a insisté de son côté le patron de l'Unsa Laurent Escure.

La CFDT sera "mobilisée" en régions samedi, date de manifestations choisie par l'intersyndicale qui demande le retrait pur et simple du projet (CGT, FO, FSU, Solidaires, CFE-CGC et organisations de jeunesse). Elle ne participera pas en revanche à la journée de mobilisation interprofessionnelle de jeudi.

Mardi matin, Édouard Philippe s'était redit sur RTL "ferme sur l'objectif : nous allons faire un système universel" de retraite par points, "et donc nous allons supprimer les régimes spéciaux". De même, "l'équilibre du système doit être garanti", "mais je suis ouvert sur la façon dont on peut y arriver", a-t-il enchaîné.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.