La question du jour :

Âge pivot : l'exécutif doit-il reculer ?




Âge pivot : l'exécutif doit-il reculer ?
Emmanuel Macron

, publié le jeudi 19 décembre 2019 à 07h00

Le président Emmanuel Macron est "disposé à améliorer" le projet de réforme des retraites, et envisage notamment "une amélioration possible autour de l'âge pivot" de départ à la retraite, a indiqué son entourage mercredi matin, alors que de nouvelles concertations à Matignon avec les partenaires sociaux étaient prévues dans l'après-midi. Et vous, qu'en pensez-vous ? Le président et le gouvernement doivent-ils faire des concessions et revoir leur copie au sujet de cet âge pivot, fixé à 64 ans ?

Le chef de l'Etat "n'abandonnera pas le projet, ne le dénaturera pas non plus, même s'il est disposé à l'améliorer, par le truchement des discussions avec les syndicats et au sein des établissements clé que sont la SNCF et la RATP", a expliqué l'Elysée, pour qui "c'est dans l'ordre des choses qu'il y ait des avancées d'ici la fin de la semaine". Le président s'est fixé pour "objectif d'obtenir une pause" de la mobilisation "pendant les fêtes" de fin d'année, assure-t-on.


Le gouvernement souhaite reculer l'âge de départ à la retraite, avec un âge pivot fixé à 64 ans à partir de 2027, afin d'équilibrer financièrement le système. Les salariés prenant leur retraite avant cet âge subiraient une décote, ceux partant plus tard percevant au contraire un "bonus". Les syndicats rejettent en bloc cette idée, notamment la CFDT, qui est favorable à une unification des 42 systèmes de retraites existants, mais considère l'âge pivot comme une "ligne rouge".

Alors que l'exécutif paraît espérer des propositions de la part des syndicats sur ce point, l'entourage d'Emmanuel Macron a décrit mercredi un gouvernement "dans un cycle de négociations et de discussions permanentes" en vue d'obtenir une pause de la mobilisation contre la réforme.

Un recul pour une pause pendant les fêtes ?

Au lendemain d'une troisième journée de manifestation contre la réforme des retraites et à trois jours des vacances de Noël, Edouard Philippe reçoit mercredi, avec le nouveau "M. Retraites" Laurent Pietraszewski, les syndicats pour tenter de trouver une sortie à la crise, sous la menace de nouveaux blocages dans les transports pendant les fêtes.

Le temps presse, d'autant plus que la grève se poursuit dans les transports en commun et se déplacer reste un défi mercredi, en particulier en Ile-de-France.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.