La question du jour :

Démission de Delevoye : le gouvernement va-t-il maintenir sa réforme?




Démission de Delevoye : le gouvernement va-t-il maintenir sa réforme?
Jean-Paul Delevoye le 10 décembre 2019 à l'Assemblée nationale.

, publié le mardi 17 décembre 2019 à 07h00

Au lendemain du départ de son "Monsieur Retraites", Emmanuel Macron doit trouver un successeur à Jean-Paul Delevoye pour défendre la réforme des retraites, alors que les négociations entre syndicats et gouvernement sont au point-mort avant une réunion prévue mercredi à Matignon.

Emmanuel Macron et Édouard Philippe se retrouvent sous pression après la démission de Jean-Paul Delevoye, qui les oblige à dénicher, dans l'urgence, un nouveau ministre capable de négocier une sortie de la crise sociale. Qui va désormais personnaliser la réforme des retraites, emblématique du quinquennat? Pour l'instant, aucun nom ne s'impose. Mais l'Elysée a fait savoir qu'il serait désigné "dans les meilleurs délais".


En attendant, l'exécutif a perdu celui qui, au poste de haut-commissaire aux retraites, avait pour rôle de maintenir le dialogue avec les partenaires sociaux, qu'ils soient favorables ou opposés à la réforme. Jean-Paul Delevoye avait été choisi par Emmanuel Macron, qui appréciait ses qualités d'écoute et de négociation, fruits d'une longue expérience politique qui fait défaut à de nombreux membres du gouvernement.

Le chef de l'État a accepté lundi matin "avec regrets", selon l'Elysée, le départ du haut-fonctionnaire chiraquienqui l'avait rallié tôt dans la campagne présidentielle, et gardait une image sociale au sein d'un pouvoir jugé "techno". L'annonce de sa démission a été accueillie avec une certaine retenue par les responsables syndicaux, à l'instar d'Yves Veyrier (FO), qui a salué en Jean-Paul Delevoye un "homme de dialogue", ou de Laurent Berger (CFDT) qui a loué sa "loyauté". L'opposition a quant à elle applaudi son départ, profitant de l'occasion pour cibler Emmanuel Macron et son projet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.