La question du jour :

Retraites : allez-vous prendre part à la mobilisation?




Retraites : allez-vous prendre part à la mobilisation?
Une manifestation à Paris, en octobre 2018

publié le jeudi 05 décembre 2019 à 07h00

Ce 5 décembre marque le premier jour d'un mouvement social qui pourrait constituer le début d'un long bras-de-fer avec le gouvernement.

Cheminots, enseignants, étudiants, policiers, avocats se mobilisent à l'appel de plusieurs syndicats et partis d'opposition et aux côtés de "gilets jaunes" contre la future réforme des retraites, que l'exécutif se dit déterminé à mener à son terme. Les syndicats opposés au futur "système universel" de retraites remplaçant les 42 régimes existants ambitionnent de "rejouer 1995" et ses trois semaines de grèves contre la réforme des régimes spéciaux.

Ceux des cheminots, qui appellent à un mouvement illimité, promettaient une démonstration de force en cette journée de jeudi 5 décembre et probablement au-delà. Au siège de la SNCF, on envisage que le mouvement dure jusqu'au 12 décembre, date autour de laquelle le Premier ministre Édouard Philippe devrait préciser les contours de la réforme. 

"Demain (jeudi), il faut trouver la sortie de crise tout de suite", martelait le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, dénonçant "un problème de conception du dialogue" par le gouvernement. Sa confédération n'appelle pas à la mobilisation car elle est favorable à l'instauration d'un régime universel de retraite par points bien qu'opposée à l'allongement de la durée de travail envisagée pour combler les déficits. Sa fédération cheminote et certaines de ses fédérations enseignantes appelaient en revanche à la grève. Le gouvernement doit, d'ici la fin du mois, lever les flous sur une réforme aux contours encore incertains, en dévoilant ses arbitrages.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.