La question du jour :

Faut-il un "permis de détention" de chiens agressifs ?




Faut-il un "permis de détention" de chiens agressifs ?
Des chiens à Prague, en République tchèque, le 19 juin 2010.

, publié le vendredi 22 novembre 2019 à 07h00

"Tous les chiens sont potentiellement dangereux", assure un expert en chiens agressifs.

Les événements qui se sont déroulés dans la forêt de Retz, samedi dernier sont encore flous. Une femme enceinte de 29 ans a été tuée après avoir été mordue à de nombreuses reprises par des chiens, dans une zone où se déroulait une chasse à courre.

Si la société de vénerie, qui fédère toutes les associations de chasse à courre françaises, assure qu'aucun des chiens ayant participé à la chasse ce jour-là n'est impliqué dans le décès de la jeune femme, le drame relance le débat sur la nécessité de mettre en place un "permis de détention" pour tous les propriétaires.



"Aujourd'hui, il y a un problème dans la formation des propriétaires de chiens, il faudrait mettre en place un permis de détention pour tous les propriétaires de chiens, sans stigmatiser les races, avance Éric Tramson, éducateur canin et expert en chiens agressifs. Tous les chiens sont potentiellement dangereux, le chien est une arme par destination, quelle que soit sa race."

Il rappelle également qu'un chien peut se retourner contre son maître. "Si le chien n'a pas trouvé sa place dans la famille avec ses congénères, par exemple, explique l'éducateur. C'est-à-dire, s'il se bat avec les autres chiens de la famille. Par ailleurs, même si un chien est socialement équilibré, il peut devenir méchant pour se protéger ou protéger son maître face à un danger."

"Et si le chien est attaqué alors qu'il est tenu en laisse, il peut se sentir en difficulté et dans la bagarre, se retourner et donner un coup de dent à son maître qui peut se retrouver au sol et à partir de ce moment, son maître peut devenir une proie", poursuit-il.

La jeune femme enceinte avait été retrouvée morte par son compagnon dans la forêt de Retz samedi après-midi. Selon le parquet de Soissons, qui a ouvert une information judiciaire, son décès a pour origine "une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens". Avant l'attaque, la jeune femme avait appelé son compagnon pour lui signaler selon lui la "présence de chiens menaçants". L'information judiciaire contre X a été ouverte pour "homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l'agression commise par des chiens".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.