La question du jour :

Lubrizol : le gouvernement gère t-il bien la crise?




Lubrizol : le gouvernement gère t-il bien la crise?
Edouard Philippe, devant l'usine Lubrizol de Rouen, le 30 septembre 2019

, publié le jeudi 03 octobre 2019 à 07h00

Une semaine après l'incendie de l'usine Lubrizol dont les retombées de suies continuent d'inquiéter, le gouvernement est critiqué pour ses imprécisions qui laissent place au doute dans la population.

Le Premier ministre Edouard Philippe a promis la "transparence totale", mais elle n'est pas suffisante pour faire taire les critiques. La communication de crise du gouvernement est pointée du doigt après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen au cours duquel plus de 5.000 tonnes de produits chimiques sont partis en fumée. "Depuis le début de cette catastrophe industrielle, l'attitude du gouvernement a toujours été extrêmement cohérente", basée sur "la transparence", a martelé la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye en annonçant la mise en place d'un numéro Vert pour répondre aux questions, nombreuses, des habitants.


Pas de quoi toutefois empêcher les réserves émises par l'opposition. "La gestion de cet accident est globalement catastrophique", estime ainsi Yannick Jadot. L'ex-chef de file écologiste aux dernières élections européennes déplore le fait qu'il ait "fallu six jours pour déclarer l'état de catastrophe technologique". La présidente de Génération Ecologie Delphine Batho parle elle d'une "Chaîne d'imprécisions, d'approximations, d'omissions", tandis que le président des Républicains Jean Leonetti évoque une "faute de communication".

Tout cela donne "la désagréable impression qu'il y a une espèce de calcul bénéfice-risque de la part du gouvernement", tranche quant à lui le député LFI Adrien Quatennens, tandis que Marine Le Pen estime que "par sa communication brouillonne, le gouvernement alimente la méfiance".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.