La question du jour :

Comprenez-vous la colère des policiers ?




Comprenez-vous la colère des policiers ?
Des policiers manifestent devant le tribunal de Reims, le 28 novembre 2018.

, publié le mercredi 02 octobre 2019 à 07h00

À l'appel d'une intersyndicale inédite depuis près de 20 ans, les policiers défilent à Paris, mercredi 1er octobre, pour une "marche de la colère" sur fond de malaise de l'institution, de hausse des suicides et de réforme des retraites.

Le cortège devait partir vers 12h30 de la place de la Bastille pour rejoindre celle de la République. Les organisations syndicales, qui ont réussi l'union sacrée tous corps et tous grades confondus, espèrent une mobilisation exceptionnelle de 15.000 à 20.000 manifestants. De mémoire de syndicalistes policiers, on n'avait pas vu un tel appel unitaire depuis 2001. À l'époque, la mobilisation avait été provoquée par le meurtre de deux policiers au Plessis-Trévise (Val-de-Marne) par un braqueur récidiviste.

Cette fois, pas de fait divers sanglant agissant comme élément déclencheur, mais une usure opérationnelle liée au mouvement social des "gilets jaunes", où la police a été accusée de violences, et un bond des suicides au sein de la police nationale, un mal endémique dans l'institution.



Cinq points sont au cœur des revendications des policiers : "l'amélioration de la qualité de vie au travail", "une véritable politique sociale pour les agents du ministère de l'Intérieur", "une réponse pénale réelle, efficace et dissuasive", "la défense des retraites" et une future loi d'orientation et de programmation "ambitieuse".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.