La question du jour :

Canicule : la circulation différenciée est-elle efficace ?




Canicule : la circulation différenciée est-elle efficace ?
Des voitures sur le périphérique parisien.

, publié le mardi 23 juillet 2019 à 07h00

Mardi 23 juillet, la circulation différenciée est imposée à Lyon, Paris et dans la proche banlieue, en raison d'un épisode de pollution à l'ozone. 

La canicule est de retour sur l'Hexagone jusqu'à vendredi. Cette vague de chaleur risque d'être accompagnée d'un nouvel épisode de pollution à l'ozone.

La région Auvergne-Rhône-Alpes connaissait déjà lundi de fortes concentrations d'ozone et la situation va se dégrader dans les prochains jours. 



La circulation différenciée a été mise en place mardi dans le Rhône à Lyon, Caluire-et-Cuire et Villeurbanne. Seuls sont autorisés à circuler sur ces trois communes les véhicules affichant un certificat qualité de l'air (vignette Crit'Air) de classe "zéro émission moteur", 1, 2, ou 3.

La circulation différenciée est également mise en place en région parisienne. Seuls les véhicules munis d'une vignette Crit'Air de classe 0, 1 et 2 sont autorisés à circuler dans Paris et la petite couronne. La restriction s'applique de 5h30 du matin à minuit, dans un périmètre délimité par l'autoroute A86. Un forfait journalier à 3,80 euros est mis en place pour les transports en commun, ainsi qu'un dispositif gratuit de co-voiturage.

Dans les Bouches-du-Rhône, les vitesses maximales de circulation sont abaissées de 20 km/h, mais pas en dessous de 70 km/h et les navires sont incités à se raccorder électriquement à quai.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.