La question du jour :

Attendez-vous des mesures fortes après le grand débat ?




Attendez-vous des mesures fortes après le grand débat ?
Edouard Philippe, Emmanuel Macron et Bruno Le Maire

Orange avec AFP-Services, publié le dimanche 14 avril 2019 à 07h00

En début de semaine, le président de la République doit annoncer les mesures envisagées par le gouvernement dans le cadre du grand débat, qui s'est achevé le 15 mars dernier.

Emmanuel Macron va répondre à la rue. Dans une allocution dont la forme n'a pas encore été arrêtée, le président va annoncer les pistes retenues par le gouvernement pour sortir de la crise des gilets jaunes.

Si le Premier ministre, Edouard Philippe, a déjà annoncé une baisse des impôts, c'est au chef de l'Etat que revient la tâche d'annoncer les mesures dans leur ensemble. Emmanuel Macron, qui sait que les Français attendent des annonces fortes et symboliques, est attendu au tournant. Avec le bilan de cette vaste consultation nationale vient le temps deux du quinquennat du président. Certaines mesures ont ainsi été largement évoquées depuis le 15 mars, comme une réforme de l'ENA, la prise en compte du vote blanc, l'introduction d'une part de proportionnelle aux élections législatives ou encore une baisse de l'impôt sur le revenu.

Pas de "seconde chance" pour Macron

Emmanuel Macron n'aura pas de "seconde chance", a lancé Gérard Larcher, dans un entretien au Figaro. "Le président va devoir annoncer certaines mesures dans un temps court et parallèlement lancer des chantiers de plus long terme au-delà des pulsions du moment", estime le président du Sénat. "Les réponses ne pourront pas être uniquement cosmétiques ou purement institutionnelles. Il lui faudra faire preuve de pédagogie dans ses choix, présenter un calendrier et une méthode. Les Français ont besoin de confiance et de rassemblement, d'un nouveau souffle et pas de 'coups'", continue le sénateur d'opposition de droite (LR).



Les mesures post-grand débat seront faites de "compromis" et "s'étaleront dans le temps", a de son côté indiqué la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. "Dès lors que la sortie de ce grand débat ne peut pas se résumer à quelques mesures symboliques, et qu'il s'agit vraiment de changer le cadre de notre projet national, de toute évidence ces réponses s'étaleront dans le temps", a déclaré l'ancienne conseillère du chef de l'Etat à l'Elysée, sur CNews. "Le président de la République aura à fixer un cap, aura à fixer une stratégie, sans doute à faire peut-être des annonces plus précises et ensuite les ministres auront à décliner les choses dans le temps", a-t-elle ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.