La question du jour :

Logement : faut-il plafonner les loyers ?




Logement : faut-il plafonner les loyers ?
Des immeubles HLM, à Paris (illustration)

, publié le jeudi 04 avril 2019 à 07h00

Si l'idée d'un plafonnement strict n'est pas à l'ordre du jour, le gouvernement souhaite "aller au bout de l'expérimentation" de l'encadrement des loyers.


Le ministre du Logement Julien Denormandie aurait ouvert la porte, par décret, à un retour "expérimental" du plafonnement des loyers. Ardemment défendu par de grandes villes dirigées par la gauche, notamment Paris, l'encadrement des loyers est de nouveau considéré par le gouvernement. De l'autre côté de l'échiquier, cette mesure est pourfendue par les professionnels de l'immobilier.Ce décret marque la relance officielle de dispositifs potentiels de plafonnement des loyers et donc d'une polémique de plusieurs années. L'encadrement des loyers "excessifs" était une promesse emblématique de campagne de François Hollande. Il avait d'abord été mis en place en 2012 en limitant les hausses des loyers dans les principales villes du pays : renouvelée chaque année, cette mesure reste en vigueur.


L'idée d'un plafonnement strict s'est en revanche heurtée à plusieurs obstacles. La mesure, théoriquement imposée à une trentaine d'agglomérations, avait ainsi été rapidement limitée par le gouvernement à un statut "expérimental" à Paris et Lille puis, même dans ces deux villes, annulée fin 2017 par la justice.C'est largement en répondant à cette problématique que l'actuel gouvernement a rouvert la possibilité du plafonnement: la nouvelle mesure ne concernera que les intercommunalités qui le souhaitent et, surtout, elle pourra n'être mise en œuvre que pour certains quartiers et certaines villes. Pour le gouvernement, la ligne est pragmatique, sur le ton affiché sur le sujet depuis le début du quinquennat d' Emmanuel Macron: "il faut savoir si oui ou non l'encadrement des loyers marche" et donc "aller au bout de l'expérimentation", avait déclaré fin 2017, le ministre Denormandie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.