La question du jour :

Faut-il privatiser certaines routes nationales ?




Faut-il privatiser certaines routes nationales ?
Le réseau des routes nationales intéresse fortement le secteur autoroutier.

Orange avec AFP-Services, publié le dimanche 31 mars 2019 à 07h00

Dans une note interne, l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (ASFA) propose de prendre en charge une partie du réseau routier national. 

Après la privatisation de 9.000 kilomètres d'autoroutes, le réseau des routes nationales va-t-il connaître le même destin ? Selon une enquête de Franceinfo, les sociétés d'autoroutes s'intéresseraient à la gestion d'une partie du réseau national non concédé. Dans une "note interne" remontant au 17 avril 2014, l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (ASFA) propose de prendre en charge une partie du réseau routier national, soit 9.600 km au total en France

Une réflexion en cours

D'après ce document, le "modèle vertueux" des concessions mises en place "pourrait s'élargir à l'ensemble du réseau routier national, dans sa configuration resserrée aux seuls grands itinéraires". L'avantage mis en avant serait notamment de favoriser l'entretien de ces axes, qui se dégradent faute de crédits. Si le projet n'est pas officiel, une réflexion est actuellement en cours sur le sujet. 


Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, et la ministre des Transports, Elisabeth Borne, ont mis en place un groupe de travail sur "l'évolution de la gestion" du réseau routier national non concédé, précise encore Franceinfo. Le ministère des Transports a toutefois reconnu rester "prudent sur le sujet". Un rapport sur l'évolution de la gestion du réseau routier national non concédé devrait être rendu d'ici l'été 2019. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.