La question du jour :

Faut-il assouplir la limitation à 80 km/h ?




Faut-il assouplir la limitation à 80 km/h ?
Des panneaux de limitation de vitesse à Witteheim, le 29 juin 2018.

, publié le jeudi 28 mars 2019 à 07h00

Critiquée par plusieurs associations dont "40 millions d'automobilistes", la baisse de la limitation de vitesse à 80km/h sur le réseau secondaire pourrait être revue.

Et si les préfets et les conseils départementaux décidaient de conserver la limitation à 80 km/h sur certaines routes ou de repasser à 90 km/h ? C'est la proposition du Sénat qui souhaite l'organisation de "conférences de la sécurité routière" localement. Les sénateurs ont adopté un article qui donne aux départements le pouvoir de sélectionner quelles portions de routes seront concernées par la limitation à 80km/h.


Selon cet amendement au projet de loi d'orientations des mobilités, les présidents des conseils départementaux seront rendus compétents pour fixer la limitation de vitesse sur les départementales. Les préfets pourront eux définir la vitesse maximale sur les routes nationales.


Cet amendement intervient donc un contexte de baisse marquée de la mortalité routière."Depuis juillet, 116 vies ont été épargnées sur les routes secondaires abaissées à 80 km/h", avait défendu le Premier ministre Edouard Philippe, qui estime que "ce bilan aurait pu être meilleur sans les dégradations de radars qui se sont multipliées depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". "Nous avons pris une décision que nous savions impopulaire (...) Nous sommes fiers des résultats, de ces vies épargnées", déclarait t-il en janvier, sans calmer pour autant les anti-80 km/h.

"Ce n'est que de la com' ! Comment peut-on parler de résultat historique alors qu'on est au même niveau que 2013?", lui avait répondu le délégué général de l'association "40 millions d'automobilistes", Pierre Chasseray. "Si cette mesure sauvait 400 vies, on devrait être bien en-dessous du niveau de 2013. On aurait au moins 200 vies épargnées. Or, on est au même score qu'il y a cinq ans quand les routes étaient à 90 km/h", avait-il encore ajouté.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.