La question du jour :

Marlène Schiappa devrait-elle animer une émission avec Cyril Hanouna ?




Marlène Schiappa devrait-elle animer une émission avec Cyril Hanouna ?
La secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, le 3 octobre 2018 à l'Élysée.

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 23 janvier 2019 à 07h00

La secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations présentera vendredi, avec l'animateur, une émission de télévision consacrée au "grand débat national".

L'initiative est inédite et suscite la polémique. Vendredi 25 janvier, en deuxième partie de soirée, une émission spéciale sur C8 consacrée au "grand débat national" sera animée par Marlène Schiappa et Cyril Hanouna.

La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes sera sur le plateau avec des "retraités, infirmiers, demandeurs d'emploi, commerçants, enseignants, agriculteurs", selon un communiqué de la chaîne.

La ministre, cible de critiques sur les réseaux sociaux, s'est justifiée mardi sur BFMTV. "Je trouve ça assez incroyable : le fait de mettre de côté une partie de la population du débat public, de leur dire que vous n'êtes pas assez bien pour participer au débat public, c'est une des raisons qui nous ont amenés à avoir les gilets jaunes. Je crois que c'est au contraire une bonne initiative que d'aller s'adresser à 700.000 personnes qui regardent l'émission de Cyril Hanouna et qui peut-être n'auraient pas su comment participer au grand débat national", a-t-elle souligné.

"Twitter s'indigne et s'enflamme extrêmement facilement, c'est une sorte de réflexe de Pavlov, dès lors qu'on sort des codes de la politique traditionnelle", a-t-elle relevé. "J'ai l'habitude, c'était la même chose quand j'ai joué Les monologues du vagin ou quand j'ai délocalisé mon cabinet à Trappes. Il y a un a priori d'indignation, et puis finalement on réalise que faire de la politique en-dehors des codes, c'est aussi une manière de ramener des gens vers le débat public", a-t-elle conclu.


Le choix de Marlène Schiappa ne fait pas l'unanimité au sein du gouvernement. Sa consœur à l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a déclaré sur France 2 : "Je ne l'aurais pas fait personnellement. Je crois que mon rôle en tant que ministre, c'est plus d'écouter, de regarder ce qui ressort des débats plutôt que d'animer des débats. Ensuite, évidemment, si c'est souhaité par les gens, un ministre peut aussi animer un débat".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.