La question du jour :

Comptez-vous suivre les vœux présidentiels d'Emmanuel Macron ?




Comptez-vous suivre les vœux présidentiels d'Emmanuel Macron ?
Allocution d'Emmanuel Macron depuis N'Djamena, le 25 décembre 2018.
A lire aussi

, publié le lundi 31 décembre 2018 à 07h00

Emmanuel Macron prononcera à 20 heures, lundi 31 décembre, ses vœux présidentiels pour la nouvelle année. Un exercice qui s'annonce délicat pour le chef de l'exécutif en mauvaise posture.

Plus que jamais, chaque mot sera pesé.

Lundi 31 décembre à 20 heures, soit au terme d'une année compliquée, Emmanuel Macron s'adressera aux Français pour le traditionnel discours des vœux présidentiels. L'allocution sera retransmise sur toutes les grandes chaînes de télévision.

Confronté à la crise sans précédent des "gilets jaunes", le chef de l'État devrait de nouveau appeler à "l'ordre et la concorde" pour tenter d'apaiser les colères et relancer les réformes. Sa dernière prise de parole à grande échelle date du 10 décembre, lorsque, pressé par les revendications des "gilets jaunes", il a promis 10 milliards d'euros d'aides en faveur du pouvoir d'achat. Pour la première fois, il a dû reculer sur des décisions antérieures, comme la hausse des taxes sur les carburants. Plus de 23 millions de personnes l'avaient regardé, un record pour une intervention politique.



Cette fois, plus question d'annonces. L'enjeu est de trouver des mots capables de marquer "autorité et rassemblement", selon un de ses proches. Emmanuel Macron planchera certainement sur son texte jusqu'au dernier moment. Il a prévu d'enregistrer son message en fin d'après-midi.

Il s'adressera à des Français qui dans une immense majorité lui sont aujourd'hui hostiles (sa cote de popularité est à 27%, selon le dernier sondage BVA) et certains ouvertement haineux, comme l'ont montré les simulacres de décapitation sur des ronds-points tenus par des gilets jaunes. Il doit donc les convaincre qu'il est capable de montrer davantage d'écoute et de bienveillance, lui dont certaines phrases cassantes cette année continuent à choquer une partie de l'opinion, du "pognon de dingue" aux "Gaulois réfractaires".

Emmanuel Macron s'est fait extrêmement discret en décembre, dans ses rares sorties comme dans les médias. Sa destination de vacances a été tenue secrète par l'Élysée mais il a fait une apparition samedi dans les rues de Saint-Tropez et Port-Grimaud.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.