La question du jour :

Gilets jaunes : faites-vous confiance au président pour régler la crise ?




Gilets jaunes : faites-vous confiance au président pour régler la crise ?
Emmanuel Macron, à Rethondes le 10 novembre 2018

Orange avec AFP, publié le lundi 10 décembre 2018 à 07h00

Emmanuel Macron va recevoir des partenaires sociaux et des élus, avant d'annoncer dans la soirée de nouvelles mesures face à la crise des "gilets jaunes" qui met le pouvoir à l'épreuve.

Après dix jours de silence, sa parole est attendue. Emmanuel Macron s'exprimera lors d'une allocution télévisée, lundi 10 décembre à 20 heures, soit deux jours après le quatrième samedi de mobilisation des "gilets jaunes".

Le président de la République va présenter "des mesures concrètes et immédiates", a assuré la ministre du Travail Muriel Pénicaud, qui a cependant écarté tout "coup de pouce" supplémentaire au Smic.

Dans la matinée, le chef de l'État recevra syndicats et organisations patronales, aux côtés des présidents d'associations d'élus, du Sénat, de l'Assemblée nationale et du Conseil économique, social et environnemental. Il s'agit selon l'Elysée de "réunir l'ensemble des forces politiques, territoriales, économiques et sociales dans ce moment grave que traverse la Nation" afin de "les mobiliser pour agir".



Outre des mesures ayant pour objectif de calmer les "gilets jaunes", l'exécutif pourrait s'adresser directement aux commerçants. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, s'est alarmé d'une "catastrophe pour notre économie" et a promis "des réponses très concrètes (et) très directes".

L'intervention d'Emmanuel Macron sera scrutée de toutes parts, alors que des personnalités politiques ont d'ores et déjà fait part de leurs attentes. Alain Juppé, maire de Bordeaux, ville particulièrement touchée par les violences du quatrième samedi de mobilisation des "gilets jaunes", a exhorté le président de la République de tenir un discours "d'autorité" mais aussi "de compréhension" et "d'empathie". Des maires attendent "des actes en face des mots", a fait valoir l'édile LR de Poissy Karl Olive, qui avait été reçu avec un collectif vendredi plus de trois heures à l'Élysée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.