La question du jour :

La France doit-elle arrêter de vendre des armes à l'Arabie saoudite ?




La France doit-elle arrêter de vendre des armes à l'Arabie saoudite ?
Emmanuel Macron visite le salon Euronaval au Bourget le 23 octobre 2018.

publié le jeudi 25 octobre 2018 à 07h00

Emmanuel Macron a refusé de répondre aux journalistes, interrogé sur une possible interruption des ventes d'armes de la France à l'Arabie saoudite.

Angela Merkel a annoncé dimanche 21 octobre qu'elle n'autoriserait plus les ventes d'armes à l'Arabie saoudite, tant que les circonstances sur la mort du journaliste Jamal Khashoggi au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul n'auraient pas été éclaircies. Lundi, le ministre de l'Économie allemand a appelé les dirigeants européens à suivre la décision de son pays.

"Ce n'est que si tous les pays européens se mettent d'accord que cela impressionnera le gouvernement de Ryad", a déclaré Peter Altmaier.

En visite au salon Euronaval, Emmanuel Macron a toutefois refusé de répondre mardi aux questions des journalistes sur un éventuel arrêt des ventes d'armes de la France à l'Arabie saoudite.



"Mon agenda n'est pas dicté par les médias, que ça vous plaise ou non. Je suis sur un autre sujet. Ca n'a rien à voir avec le sujet qu'on est en train de traiter. Rien. Rien. Donc je n'y répondrai pas. Je regrette. Ca continuera tant que je serai à la place à laquelle je suis. Que ça plaise ou que ça déplaise", a répondu avec un net agacement le président de la République qui visitait avec la ministre des Armées Florence Parly ce salon des industries navales de défense.

"Ce n'est pas parce qu'un dirigeant dit quelque chose que je suis censé réagir à chaque fois. Et donc je ne vous répondrai pas", a répété le président à une seconde question sur le sujet. La France est le deuxième plus gros fournisseurs d'armes de l'Arabie saoudite après les États-Unis.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a lui affirmé ne pas exclure que le Canada puisse annuler un important contrat de vente d'armes à Ryad.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.