La question du jour:

Violences contre les profs : faut-il un plan d'action ?




Violences contre les profs : faut-il un plan d'action ?
Une professeure braquée à Créteil par un lycéen

Orange avec AFP, publié le lundi 22 octobre 2018 à 07h00

Les ministres de l'Éducation nationale et de l'Intérieur préparent un "plan d'actions" afin de mettre un terme aux violences visant les professeurs. Une initiative en réaction à l'affaire du lycéen ayant braqué sa professeure avec une arme factice.

La scène a non seulement suscité l'indignation jusqu'au plus sommet de l'État, mais elle pourrait déboucher sur la création de mesures.

Après la publication de la vidéo montrant un élève d'un lycée de Créteil (Val-de-Marne) braquer une arme factice sur son enseignante, l'exécutif est bien décidé à réagir. Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, et Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, ont annoncé dimanche 21 octobre la réunion d'un "comité stratégique" pour un "plan d'actions ambitieux" contre les violences visant les enseignants.



"Le lien fort que nous voulons construire avec Jean-Michel Blanquer entre la police, la gendarmerie et l'Education nationale sera la meilleure réponse", a déclaré Christophe Castaner, en visite à des policiers à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). La réunion doit se tenir dans la semaine du 22 octobre, a-t-il été indiqué. "L'école c'est le berceau de la République et c'est aussi là où on apprend à respecter la République. Nous irons mètre carré par mètre carré reconquérir la République", a poursuivi le nouveau locataire de la place Beaveau.

Quelques heures plus tôt, le président Emmanuel Macron avait demandé aux deux ministres de prendre "toutes les mesures" pour que ce type d'incident ne se reproduise pas, jugeant "inacceptable" de menacer un professeur.

Le lycéen mis en cause a été mis en examen dans la soirée de dimanche 21 octobre. Poursuivi pour "violences aggravées", il a été remis en liberté avec des mesures de contraintes provisoires, a précisé le parquet de Créteil. Le jeune homme, âgé de 15 ans, sera jugé ultérieurement par un juge des enfants.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.