La question du jour :

Allocations chômage : faut-il une dégressivité pour les hauts salaires ?




Allocations chômage : faut-il une dégressivité pour les hauts salaires ?
Une enseigne Pôle Emploi le 23 mai 2018 à Paris.

, publié le samedi 29 septembre 2018 à 07h00

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé jeudi que la dégressivité des allocations chômage pourrait être une piste envisagée "dans certains cas".

"Le sujet" est "sur la table". La dégressivité des allocations chômage peut être "dans certains cas (...) envisagée", a déclaré le Premier ministre, Édouard Philippe, jeudi 27 septembre sur France 2, en mentionnant les "salaires très élevés" et les personnes avec "une très forte employabilité".

"Nous avons mis le sujet sur la table" et "je pense que dans certains cas, elle peut être envisagée", a déclaré le Premier ministre, dans L'Émission politique. Pour les demandeurs d'emploi qui ont "une très forte employabilité, pour ceux qui ont des salaires très élevés", créer "une forme de dégressivité de l'assurance chômage peut avoir du sens", a-t-il ajouté.



"C'est une discussion entre les partenaires sociaux", a abondé le délégué général de LREM, Christophe Castaner, sur Europe 1. Quant à savoir si une telle mesure ne risquerait pas d'être critiquée par l'électorat des cadres, Christophe Castaner a rétorqué qu'"on peut ne rien faire, faire comme avant, et penser que tout va bien, et voir le chômage continuer à monter".

Une mesure "populiste"



François Hommeril, président de la CFE-CGC, syndicat majoritaire chez les cadres, dénonce quant à lui une mesure "populiste". "Ce qui est plus grave, c'est de faire croire que la dégressivité des allocations-chômage va faire baisser le chômage. C'est faux ! Toutes les études ont démontré que ce système est inefficace. Remettre le sujet sur la table, c'est aussi con que de se poser la question de savoir si on peut changer le degré de la fusion de l'eau (...) Beaucoup de cadres qui perdent leur place entre 45 et 65 ans ont du mal à retrouver un emploi équivalent, avec le même niveau de rémunération. Les attaquer, c'est scandaleux", a-t-il déclaré dans une interview accordée à Libération.

A droite, Maël de Calan, vice-président du mouvement Libres! de Valérie Pécresse, a salué l'idée sur Cnews et souligné que "si Emmanuel Macron avance dans ce sens, il faudra évidemment le soutenir". A gauche, Ian Brossat, tête de liste du PCF aux élections européennes, a dénoncé sur Public Sénat "un vieux discours de la droite réactionnaire selon lequel les chômeurs seraient satisfaits de leur sort", "y compris les cadres". Il est "bien sûr" hors de question d'envisager la dégressivité des allocations chômage, a déclaré le député de La France insoumise (LFI) Eric Coquerel sur franceinfo, qui a appelé à plutôt "attaqu(er) les très hauts revenus" avantagés par des "cadeaux fiscaux".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.