La question du jour:

Soutenez-vous la création d'un "revenu universel d'activité" ?




Soutenez-vous la création d'un "revenu universel d'activité" ?
Emmanuel Macron présente le plan pauvreté à Paris le 13 septembre 2018
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 14 septembre 2018 à 07h00

Fusionner les minima sociaux pour créer un seul "revenu universel d'activité" ? Emmanuel Macron a ouvert jeudi le chantier, promettant une loi en 2020

Le chef de l'État a annoncé jeudi 13 septembre qu'il souhaitait "garantir un seuil minimal de dignité" à tous. Les bénéficiaires de ce qu'Emmanuel Macron a baptisé "revenu universel d'activité", auraient des "droits et devoirs supplémentaires", et l'obligation de s'engager dans "un parcours d'insertion qui empêche de refuser plus de deux offres raisonnables d'emploi ou d'activité".

Mais comment fixer le montant minimal d'un revenu "décent"? Quelles prestations choisir? Avec quel budget? Si le chantier est lancé, des questions restent en suspens.

Selon un rapport de France Stratégie commandé récemment par Matignon et cité par Le Monde, la fusion de plusieurs prestations pourrait "à budget constant", c'est-à-dire sans fonds publics en plus, entraîner une baisse de ressources pour 3,55 millions de ménages. "Il n'y a aucune intention cachée de remettre en cause certains droits", notamment "les aides monétaires (qui) augmenteront encore", a cependant affirmé la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, en estimant toutefois que celles-ci "ne peuvent être le solde de tout compte de la solidarité".



A droite, le député Eric Ciotti a fustigé dans un tweet l'annonce d'Emmanuel Macron, comparant son revenu à celui de Benoît Hamon. Les deux mesures sont toutefois bien différentes. "Je n'ai jamais cru à un revenu universel sans condition", a insisté Emmanuel Macron, faisant allusion à la mesure phare portée par le candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon. Le revenu universel du chef de l'État est soumis à des conditions et régi par un contrat, contrairement à celui de Benoît Hamon. Par "un contrat d'engagement et de responsabilité réciproque", a indiqué le chef de l'Etat. Ce document "sera généralisé et signé, affichant pour les bénéficiaires du revenu universel d'activité sans emploi le droit à l'accompagnement et l'obligation d'inscription dans un parcours d'insertion".



Benoît Hamon a pourtant accusé Emmanuel Macron de copier son revenu universel. Ce dernier lui a rétorqué jeudi que le futur revenu universel d'activité "singeait" sa propre proposition. Pour Jean-Luc Gleyze, président PS du conseil départemental de la Gironde, volontaire avec 18 autres départements pour expérimenter le revenu prôné par Hamon, ce "RUA est globalement un RSA lifté", sans grand "changement majeur en dehors du sigle".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU