La question du jour:

Évaluation des ministres : est-ce nécessaire ?




Évaluation des ministres : est-ce nécessaire ?
Édouard Philippe à Saint-Denis, le 29 juin 2018.

Orange avec AFP, publié le mardi 03 juillet 2018 à 07h00

Le premier ministre évalué sera Jean-Michel Blanquer, en charge de l'Éducation nationale.

C'est une pratique qui vient du monde de l'entreprise. À partir de mardi 3 juillet, les ministres passeront des entretiens d'évaluation avec le Premier ministre Édouard Philippe.

Objectif : faire le bilan de l'action du ministre et "étudier la suite". Mais pas de sanction, a promis le Premier ministre.

"Quand on est ministre, on est le nez dans le guidon. Il faut des temps de pause. L'entretien que chacun aura avec le Premier ministre permettra aussi d'évaluer cela. L'évaluation est nécessaire. Elle vaut pour tous : elle vaut dans l'entreprise, pour un étudiant et elle vaut aussi pour un ministre", a déclaré Christophe Castaner lundi 2 juillet sur France Info.



Ces entretiens ne devraient pas aboutir à un remaniement, prévient toutefois le délégué général de La République en marche (LREM). Une position qu'a confirmé Edouard Philippe lundi matin au micro de RTL. "Je ne suis pas dans la sanction, je suis dans l'amélioration. "Je veux avoir une conversation les yeux dans les yeux avec tous les ministres pour savoir comment on peut améliorer l'action collective", a-t-il déclaré. Les tête-à-tête débuteront dès mardi et le premier à être entendu sera Jean-Michel Blanquer, chargé de l'Education national, a précisé Edouard Philippe. Ces évaluations, exigées par Emmanuel Macron, ont pour objectif de "faire le bilan de l'avancement de la feuille de route, vérifier ce qui a été engagé, étudier la suite", avait expliqué le chef du gouvernement en mai, au moment de leur annonce.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.