La question du jour :

Macron "chanoine d'honneur" : cela vous choque-t-il ?




Macron "chanoine d'honneur" : cela vous choque-t-il ?
Emmanuel Macron et le pape François, le lundi 26 juin 2018 au Vatican.

, publié le mercredi 27 juin 2018 à 07h00

Emmanuel Macron a reçu le mardi 26 juin de la part du pape François le titre de "premier et unique chanoine d'honneur" de la basilique Saint-Jean-de-Latran. Une distinction, remontant au XVIIè siècle, qui a irrité une partie de la classe politique.

Emmanuel Macron a rencontré pour la première fois mardi le pape François.

Une entrevue de près d'une heure terminée par une chaleureuse embrassade. Le pape argentin lui a remis le titre de "premier et unique chanoine d'honneur" de sa basilique, une tradition remontant au roi Henri IV.

Le chef suprême de l'Eglise catholique lui a également remis une médaille en bronze de Saint Martin, symbole de générosité du IVè siècle, qui selon la tradition chrétienne a partagé son manteau avec un deshérité. "C'est la vocation des gouvernants de protéger les pauvres... e tutti siamo poveri" (et nous sommes tous des pauvres), lui a fait remarquer François avec un regard appuyé.

"Est-ce qu'il accepterait d'être mufti d'honneur de la mosquée al-Aqsa ?"

Lors de leur rencontre, les deux hommes ont parlé de la laïcité, du changement climatique, ainsi que de "sujets sociétaux" comme la crise des migrants, a précisé la présidence française, évoquant un "échange très libre et très intense". Le président français est ressorti du somptueux palais pontifical au bout de 57 minutes, le plus long entretien jamais accordé par le pape argentin à un chef d'Etat ou de gouvernement. Il a été rejoint à la fin de son entretien privé par son épouse Brigitte, ainsi que par une délégation d'une douzaine de personnes dont son ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et celui des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Ce titre de "chanoine d'honneur" n'a pas été du goût de tous : "Chanoine de #Latran. Irrespectueux pour la #laïcité de la République. Et pour les catholiques qui ont un #chanoine en chocolat", a notamment réagi le député La France Insoumise (LFI) des Bouches-du-Rhône, Jean-Luc Mélenchon sur Twitter. "Je m'oppose à toute immixtion de la religion dans la politique et de la politique dans la religion", a-t-il poursuivi sur son blog. "C'est ridicule qu'un président de la République accepte d'être chanoine d'honneur. Nous sommes une République laïque. Est-ce qu'il accepterait d'être mufti d'honneur de la mosquée al-Aqsa ? Est-ce qu'il accepterait d'être rabbin d'honneur de la grande synagogue de 'je ne sais où ?'", ajoute-t-il, en se revendiquant de "culture catholique".



"La laïcité n'est pas la lutte contre la religion"

Dans un discours inattendu d'une vingtaine de minutes devant la communauté catholique de Rome, mardi après-midi, Emmanuel Macron a souligné son attachement à la laïcité : "je tiens à ce lien un peu particulier, fruit de notre histoire et parfaitement compatible avec la France contemporaine".



L'histoire de la France fait que la République a construit son histoire un peu particulière avec l'ensemble des religions et je dirais plus spécifiquement avec l'Eglise catholique", a-t-il rappelé. Pour Emmanuel Macron,, la laïcité "n'est pas la lutte contre la religion, ceci est un contresens, c'est une loi de liberté, la laïcité". C'est la liberté de croire et ne pas croire", "à condition que chacun, quelle que soit sa religion ou sa conviction philosophique, soit pleinement dans la République", a-t-il ajouté.

"La séparation de l'Eglise et de l'Etat, c'est une reconnaissance d'un ordre temporel et d'un ordre spirituel", a encore défini le président français. "La laïcité ce ne serait pas une pudibonderie contemporaine qui consisterait à dire 'ne me parlez pas de religion, cachez cette religion, cette croyance que je ne saurais voir'. Elle est partout dans la société, et nous en avons anthropologiquement, anthologiquement, métaphysiquement besoin", a-t-il plaidé. "Certains trouvent ce besoin dans des convictions philosophiques, d'autres dans un agnosticisme revendiqué", a-t-il noté, ajoutant "ma présence ici témoigne de ce 'en même temps'".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.