La question du jour :

Vaisselle, piscine... les Macron en font-ils trop ?




Vaisselle, piscine... les Macron en font-ils trop ?
Emmanuel et Brigitte Macron à leur arrivée au G7 au Canada, le 8 juin 2018.

, publié le vendredi 22 juin 2018 à 07h00

Les achats du couple Macron n'en finissent plus de faire parler d'eux. Après la vaisselle de l'Elysée, c'est au tour de la future piscine de Brégançon de faire parler d'elle.

Le couple Macron en fait-il un peu trop ?

Le 8 juin dernier, le Journal du dimanche révélait que le couple présidentiel avait commandé, auprès de la Manufacture nationale de Sèvres, un nouveau service de table pour l'Elysée. Selon l'hebdomadaire, le montant de la commande s'éleverait à 50.000 euros. Un montant contesté par Le Canard enchaîné, qui avance, lui, la somme de 500.000 euros pour 900 assiettes de présentation et 300 assiettes à pain commandés. Un montant dix fois supérieur à celui annoncé l'hebdomadaire du dimanche.



Quelques jours plus tard, Emmanuel Macron avait fait polémique après des propos tenus sur les aides sociales : "On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux et les gens ne s'en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s'en sortir", a-t-il expliqué à ses conseillers, la veille de son discours sur sa politique sociale à la Mutualité, mercredi 13 juin.

"Ça n'est rien un demi-million d'euros pourvu que nos majestés de l'Élysée se restaurent en toute dignité"

Après les révélations du Canard enchaîné, cette expression n'a pas manqué de faire réagir. À commencer par François Ruffin qui a pris la parole, au micro de l'Assemblée nationale, le 19 juin : "Il en coûterait, en effet, plus de 500.000 euros. Ça n'est rien un demi-million d'euros pourvu que nos majestés de l'Élysée se restaurent en toute dignité", a-t-il déclaré. "Le même jour, ce mercredi toujours, le chef de l'État pestait : 'On y met un pognon de dingue'. Il ne songeait pas à sa vaisselle. Ni aux 93 milliards de bénéfices du CAC 40. Ni aux 47 milliards de dividendes versés aux actionnaires. Il évoquait les aides aux mères célibataires. Aux chômeurs multi-licenciés. Aux accidentés de l'emploi. Les pauvres coûtent trop cher", a conclu François Ruffin.

Emmanuel et Brigitte Macron envisageraient maintenant de faire installer une piscine au fort de Brégançon (Var), l'une des résidences officielles du chef de l'État. L'installation d'une piscine est "à l'étude", a dévoilé une source de l'Élysée à L'Express. "Cette étude concerne aussi bien les règles relevant des architectes des bâtiments de France, que les questions techniques et financières. Elle devrait remonter au président dans les semaines qui viennent", a détaillé l'hebdomadaire sur son site.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.