La question du jour:

Européennes 2019 : Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen doivent-ils s'allier ?




Européennes 2019 : Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen doivent-ils s'allier ?
"Je les laisse jouer ensemble."

Orange avec AFP, publié le lundi 04 juin 2018 à 07h00

Pour le député de l'Essonne, Nicolas Dupont-Aignan, la victoire viendra si "nous sortons du seul tête-à-tête avec Marine Le Pen".

L'invitation est lancée. Le Front national après avoir changé de nom, au bénéfice de Rassemblement national, cherche de nouveaux alliés.



Vendredi 1er juin, la veille du changement de nom du parti d'extrême droite, Marine Le Pen a publié une lettre ouverte, dans laquelle elle affirmait avoir proposé au président de de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, de figurer "aux deux dernières places" d'une liste commune aux européennes, en suggérant "de (se) rencontrer" pour travailler à l'élaboration d'une "charte commune".

Une proposition que l'ancien allié de la candidate FN en 2017 a décliné. Invité de l'émission "Dimanche en politique", sur France 3, le souverainiste a estimé que sa "proposition n'(était) pas du tout à la hauteur de l'enjeu historique".

L'exemple du modèle italien

Pour le député de l'Essonne, la victoire viendra si "nous sortons du seul tête-à-tête avec Marine Le Pen" qui souhaite une alliance calquée sur le modèle italien. Aspirant à l'union des droites, il espère "qu'elle aura clarifié sa position, sur l'euro notamment". Tout comme "monsieur Wauquiez aura clarifié sa position. Et je leur dirai : 'Unissons-nous tous ensemble'."



Un appel qui n'a pas échappé à Florian Philippot. Invité de BFMTV, dimanche, le président des Patriotes a déploré que "ces gens-là, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et les autres, ne parlent depuis des mois que de bouillie politicienne. Ils sont déjà en train de constituer des listes. Sur quel projet? Sur quelles idées? Sur quelle vision de l'Europe? On ne sait pas".

Union des droites : division sur l'union

Pour ce qui est de l'idée de l'union des droites, Florian Philippot se dit opposé à cette idée. Pour lui, "Nicolas Dupont-Aignan dit qu'il va envoyer quelque chose à madame Le Pen, à monsieur Wauquiez. À monsieur Wauquiez ? Moi je n'ai rien à faire avec Laurent Wauquiez.(...) Je les laisse jouer ensemble."

Une union que souhaite l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Thierry Mariani, qui a signé début avril une tribune intitulée "L'appel d'Angers pour l'unité de la droite" avec des élus frontistes ainsi que Robert Ménard et la députée Emmanuelle Ménard. Pour eux, "Ni les Républicains, délestés de leurs alliés centristes, ni le Front national toujours cornérisé, ni non plus les partis eurocritiques ne pourront l'emporter seuls".

Une hypothétique alliance qu'a par le passé rejetté le président des Républicains Laurent Wauquiez tout comme la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.