La question du jour:

Faut-il renforcer la formation des opérateurs du Samu ?




Faut-il renforcer la formation des opérateurs du Samu ?
"Ceux qui répondent au téléphone n'ont pas de diplôme particulier, ce sont des auxiliaires de santé en réalité".

Orange avec AFP, publié le lundi 28 mai 2018 à 07h00

Invitée de BFMTV, dimanche, la ministre de la Santé a évoqué un manque de formation des opérateurs du Samu.

Après la mort de Naomi Musenga, décédée fin décembre à Strasbourg après un appel au Samu pris à la légère, la question de la formation se pose auprès des opérateurs du Samu, selon la ministre de la Santé. Invitée de BFMTV dimanche 27 mai, Agnès Buzyn a regretté un manque de formation tout en rappelant qu'"une mission est en cours avec une enquête, un audit, sur l'affaire de Naomi Musenga". Interrogée sur la manque de moyens, la ministre a estimé qu'il n'y a "aucun élément pour penser que la personne qui a répondu au téléphone était sous pression et qu'il y avait un manque de personnel". La ministre a insisté sur le fait que "nous allons décrypter toute la chaîne de responsabilités".



Selon la ministre, ce regrettable événement est plutôt le fait d'un manque de formation après avoir "longuement discuté avec les médecins du Samu et les urgentistes". Agnès Buzyn a précisé que "ceux qui répondent au téléphone n'ont pas de diplôme particulier, ce sont des auxiliaires de santé en réalité" et regrette une absence de "procédure qualité dans la majorité des services de Samu".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.