La question du jour :

Attaque au couteau à Paris : faut-il incarcérer les fichés S ?




Attaque au couteau à Paris : faut-il incarcérer les fichés S ?
Des policiers arrêtent un proche de l'assaillant, le 13 mai 2018 à Strasbourg.

, publié le lundi 14 mai 2018 à 07h00

La droite et l'extrême droite réclament un durcissement des mesures après une nouvelle attaque perpétrée par un individu fiché S, samedi 12 mai, à Paris.

L'attaque au couteau à Paris revendiquée par le groupe Etat islamique, et qui a coûté la vie samedi soir à un passant, a été perpétrée par un Français de 20 ans, né en Tchétchénie, qui était fiché S depuis 2016.

"On apprend une nouvelle fois que le terroriste serait fiché S. À quoi peut bien servir cette fiche S si on ne s'en sert pas pour mettre ces bombes à retardement hors d'état de nuire sur le sol français ?", a interrogé la présidente du Front national Marine Le Pen.

"Il faut agir"

Le président des Républicains Laurent Wauquiez réclame de son côté l'internement préventif des fichés S les plus dangereux. "Nous exigeons que le Président de la République et le gouvernement mettent enfin en place les mesures qui s'imposent dont la possibilité d'interner de manière préventive les individus fichés les plus dangereux", écrit-il.

"Nos concitoyens ne peuvent plus comprendre qu'on identifie ce qui représente une menace mais qu'on n'ait pas la capacité de les empêcher de passer à l'acte. C'est là, où il faut agir", estime encore le député des Alpes-Matitimes, Éric Ciotti, qui appelle lui aussi à l'expulsion des étrangers inscrits au fichier des signalés.



Il y aurait en France aujourd'hui un peu plus de 10.000 fichés S pour radicalisation islamiste (le nombre exact est tenu secret). "Ayant un rôle d'alerte, la fiche S concerne des personnes que la France (ou un autre pays car ce fichage est européen) soupçonne de visées terroristes ou d'atteinte à la sûreté de l'Etat (ou de complicité), sans pour autant qu'elles aient commis de délit ou de crime", précise par ailleurs le ministère de l'Intérieur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.