La question du jour :

Grève SNCF : le gouvernement doit-il céder ?




Grève SNCF : le gouvernement doit-il céder ?
Un cheminot gréviste, à Marseille, le 4 avril 2018.

, publié le lundi 09 avril 2018 à 07h00

Les cheminots ont engagé une grève au long cours par épisode de deux jours sur cinq contre la réforme ferroviaire du gouvernement. En tout, 36 jours de grève sont prévus d'ici à fin juin.

Alors qu'une nouvelle grève perturbe la circulation des trains depuis dimanche 8 avril et jusqu'à dimanche 10, le gouvernement a rappelé sa détermination à aller "jusqu'au bout de la réforme", par la voix de son Premier ministre Edouard Philippe.

Un TGV sur cinq, un Transilien et un TER sur trois et un Intercités sur six rouleront lundi, selon les prévisions annoncées dimanche par la SNCF pour le quatrième jour de grève contre la réforme ferroviaire.

"Dialoguer ne veut pas dire renoncer"

Après une légère accalmie dimanche, les perturbations annoncées se rapprochent de celles enregistrées lors de la première séquence de grève mardi et mercredi derniers. Sur les lignes internationales, essentiellement Thalys et Eurostar, trois trains sur quatre circuleront.

"Je ne marche pas au rapport de force. Pour un gouvernement, dialoguer ne veut pas dire renoncer", souligne encore le chef du gouvernement, alors que les syndicats ont menacé de poursuivre le mouvement au-delà du mois de juin.

Le gouvernement peut compter sur le soutien d'une large majorité des Français (62%) souhaite que le gouvernement aille jusqu'au bout de la réforme de la SNCF. Dimanche, le président du MoDem François Bayrou a appelé le gouvernement à mener à bien sa réforme de la SNCF en dépit de la grève en cours, estimant qu'il "ne peut pas faire autrement".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.