La question du jour:

Faut-il en finir avec le changement d'heure ?




Faut-il en finir avec le changement d'heure ?
Une installation de l'artiste Vincent Brodin à Hédé-Bazouges le 24 mars 2018.

Orange avec AFP, publié le dimanche 25 mars 2018 à 07h00

Dans la nuit, les horloges ont avancé pour passer à l'heure d'été. Toutefois, il se pourrait bien que ce soit la dernière fois, ou presque que l'on change d'heure.

Dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 mars, les horloges ont avancé d'une heure, passant de 2 heures à 3 heures du matin.

En vigueur en France depuis 1976, ce changement d'heure, qui intervient deux fois par an, pourrait bien connaître un coup d'arrêt. Les députés européens ont adopté jeudi 8 février une résolution visant à y mettre fin. Le texte, qui a aujourd'hui uniquement valeur de recommandation, doit encore être soumis à la Commission européenne et aux dirigeants des États membres de l'Union.



Dans le viseur des parlementaires, de faibles économies d'énergie. "En France, cela représenterait une économie énergétique annuelle de 0,1% selon les modélisations effectuées par l'Ademe en 2010. Le gain serait intégralement réalisé sur l'éclairage. Il devrait donc décroître avec la généralisation des LED et autres ampoules économiques", précise le Figaro jeudi 22 mars. En Europe, le gain serait en moyenne inférieur à 0,5% de la consommation annuelle, d'après un rapport de synthèse de l'EPRS (European Parliamentary Research Service), relayé par le quotidien national.



Le changement d'heure pourrait également être à l'origine de graves troubles pour la santé. Certaines études soulignent une augmentation des accidents vasculaires et des problèmes cardiaques dans les jours qui suivent le passage à l'heure d'été, ajoute le Figaro. Moins grave, certaines personnes seraient victimes de troubles du sommeil après ce changement d'heure.

Si l'Europe décide d'en finir avec le changement d'heure, l'heure d'hiver, une heure de décalage avec l'heure du soleil, devrait être privilégiée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.